Navigation – Plan du site
Compte rendu

Jean Bellemin-Noël, Lire de tout son inconscient

Presses universitaires de Vincennes, collection « Essais et Savoirs »
N.
p. 265
Référence(s) :

Jean Bellemin-Noël, Lire de tout son inconscient, Presses universitaires de Vincennes, collection « Essais et Savoirs »

Texte intégral

1Les familiers du travail critique de Jean Bellemin-Noël retrouveront dans ce volume de 272 pages la méthode propre à l’auteur et la structure qu’elle impose à l’ouvrage. Le texte s’organise à partir d’une présentation et d’une conclusion méthodologique qui encadrent des études de fragments n’ayant a priori aucn rapport les uns avec les autres. La présentation rappelle l’hypothèse initiale récusant les impasses de la psychobiographie et de la psychocritique et pose l’œuvre d’art comme « point de rencontre de deux autotransferts distincts, l’un chez l’artiste, l’autre chez l’amateur ». La conclusion précise fort heureusement ce projet d’une interlecture qui ne peut qu’entretenir un fructueux dialogue avec toutes les entreprises visant à définir le fonctionnement des actes de lectures.

2Après ce rappel des bases théoriques qui sous-tendent la réflexion, l’auteur entreprend de vérifier le bien-fondé de ses hypothèses et d’en affiner les éléments, en les confrontant à des objets d’étude volontairement disparates. L’analyse de « La jeune fille à la chèvre », une toile de Picasso, « effrontément placée » dit l’auteur en tête d’un recueil consacré à la critique littéraire a pour but de faire pénétrer ses lecteurs « dans son laboratoire secret ».

3Puis la relecture d’Une Nuit, « cauchemar » de Maupassant de 1887, pointe le réseau des détails qui fait du texte une métaphore du corps maternel. Après une analyse de la matérialité phonétique du monostiche Chantre d’Apollinaire – « Et l’unique cordeau des trompettes marines » – on en vient à deux études sur Balzac ; La Fille aux yeux d’or et Mémoires de deux jeunes mariés, puis Colette (L’Ingénue libertine), Valéry (Alphabet) et Quignard (Le Sexe et l’effroi) et un texte coréen de 1922 sont à leur tour sollicités.

4Pour avoir – aux temps récents où j’enseignais encore – confronté mes étudiants de recherche aux Diaboliques au divan, en un jeu de cache-cache au sein du texte de Barbey, entre les lectures de Bellemin-Noël et leurs propres intuitions, et les avoir ainsi conduit à partager des Plaisirs de vampire, je peux, à titre personnel, témoigner de l’enthousiasme communicatif que recèle ce type de critique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

N., « Jean Bellemin-Noël, Lire de tout son inconscient », Littératures, 72 | 2015, 265.

Référence électronique

N., « Jean Bellemin-Noël, Lire de tout son inconscient », Littératures [En ligne], 72 | 2015, mis en ligne le 07 décembre 2015, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://litteratures.revues.org/402

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Littératures est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • Revues.org