Navigation – Plan du site
Deuxième dossier : Stratégies éditoriales et littérature de grande diffusion (XVIe-XVIIe siècles)

Distinction linguistique et stratégies éditoriales ?

À propos des Jardin deys Musos Prouvençalos publiés (à Marseille ?) en 1665 et 1666
Philippe Gardy
p. 229-254

Résumé

En 1665 et 1666 ont été publiés à Marseille, par un imprimeur dont l’identité ne figure pas sur les exemplaires conservés, deux épais volumes (un peu moins de 400 pages chacun), de petit format, sous le même titre de Lou Jardin deys Musos Prouvençalos. Sous cet intitulé qui n’a rien d’original se dissimulent deux recueils anthologiques de textes, poétiques ou dramatiques, en provençal (et pour certains, peu nombreux, en français). Un examen du contenu de ces deux anthologies, et d’abord de l’origine des pièces qu’elles recueillent comme de leur destinée éditoriale après leur publication, montre qu’elles se situent vraisemblablement au carrefour de deux tentations bien différentes : celle de la collection, à des fins de conservation et de divertissement ; celle de la mise en circulation d’une littérature popularisante, vouée à un certain succès de librairie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Choisies parmi » précise le sous-titre du second de ces recueils.

1En 1665 et 1666 ont été publiés à Marseille, par un imprimeur dont l’identité ne figure pas sur les exemplaires conservés, deux épais volumes (un peu moins de 400 pages chacun), de petit format, sous le même titre de Lou Jardin deys Musos Prouvençalos. Sous cet intitulé qui n’a rien d’original, se dissimulent deux recueils anthologiques de textes en provençal (et pour certains, peu nombreux, en français). Ces textes ne sont pas exactement les mêmes d’un volume à l’autre, comme permet de s’en rendre compte le simple examen des tables respectives reproduites en annexe. Mais, en gros, c’est le même esprit qui paraît avoir présidé, pour celui qui les a réunis, dans la confection de l’un et l’autre de ces recueils. Le sous-titre, quasi semblable, qui en précise le contenu annonce en effet qu’il s’agit (je traduis) d’un « recueil de plusieurs pièces en vers provençaux, recueillies1 parmi les œuvres des plus doctes poètes de ce pays ». Le sous-titre de 1666 développe les derniers mots de celui de 1665 : « de ce pays de Provence », et précise encore « Augmenté de proverbes, sentences, similitudes et mots pour rire ».

  • 2 Il y aurait bien sûr beaucoup à dire sur cette notion, comme sur celle de recueil, etc. On en reste (...)
  • 3 En français, on peut citer, à la même époque, le Jardin des Muses où se voyent les fleurs de plusie (...)
  • 4 Gaspard. Zerbin, La perlo dey musos et coumedies prouvensalos, éd. Florian Vernet, Montpellier, Pre (...)

2Ces deux recueils, s’ils inscrivent dans une lignée très large, celle des anthologies poétiques2, comme l’indique leur titre et le confirme – partiellement – leur contenu3, prennent également place dans la tradition provençale de la même période : leur titre en rappelle immédiatement quelques autres, antérieurs de seulement quelques années. On songe au recueil dans lequel l’Aixois Claude Brueys a réuni en 1628, ses pièces de théâtre et ses diverses pièces poétiques : Jardin deys Musos provensalos, publié à Aix par l’imprimeur Estienne David. On pense également, plus récente, à la publication posthume, à Aix encore, en 1655, par l’imprimeur Jean Roize, des comédies carnavalesques de Gaspar Zerbin, La Perlo dei musos et coumedies prouvensalos4.

  • 5 Il s’agit en particulier de ceux répertoriés en annexe comme [3] et [10], mais rien ne permet dans (...)

3Le contenu de ces deux Jardins, en outre, renvoie à celui de plusieurs ouvrages publiés par l’imprimeur aixois Jean Roize, avant même qu’il réunisse les comédies de Zerbin. Celui-ci, dès 1649, faisait paraître une Bugado prouvensalo (« lessive provençale »), en réalité un copieux recueil de proverbes provençaux, dont une ou plusieurs éditions (contrefaites ?) sans nom d’imprimeur allaient rapidement prendre la suite ; puis, en 1654, un Coucho-lagno (« chasse soucis »), placé, comme la Bugado, sous le signe du rire joyeux et salvateur (« pour conjurer la mélancolie des gens »). Ce dernier titre annonçait en réalité une authentique compilation (donc anthologie) de textes divers, dus à plusieurs auteurs sans aucun doute, pour certains jamais publiés, et pour d’autres ayant peut-être déjà connu l’impression5.

4Si les circonstances dans lesquelles les deux Jardins de 1665 et 1666 ont été conçus et imprimés demeurent mal connues, il est cependant possible, par l’examen rapide de leur contenu, de s’interroger sur le sens possible de ces initiatives éditoriales, dans un contexte, on vient de le voir, qui pouvait sembler favorable à de telles entreprises.

  • 6 Louis Bellaud de La Bellaudière, Obros et Rimos (Sonnets et autres rimes de la prison), éd. Sylvan (...)
  • 7 Philippe Gardy, « Bellaud en son temps. À propos des pièces liminaires du Don-Don infernal (1583-16 (...)

5On note d’abord que celles-ci s’inscrivent dans une lignée, peu nombreuse, mais significative, pour réunir et de la sorte sauver de l’oubli une production littéraire en provençal. On sait qu’à Marseille même, une occasion favorable avait permis, en 1595, de réunir et d’imprimer dans un fort volume les œuvres, largement inédites, du poète Louis Bellaud de la Bellaudière6, à l’initiative d’un autre poète d’expression provençale, son « oncle » par alliance, Pierre Paul. Ce volume venait couronner la gloire, déjà établie, de Bellaud, mort en 1588, peu de temps après la publication, aixoise (probablement une seconde édition, précédant de deux ou trois années une première publication), de son Don-Don infernal7. Il marquait par son format et son nombre de pages d’abord, mais aussi par l’importance des pièces, liminaires ou non, d’hommage, qui y figuraient, un aboutissement, mais aussi, sans doute, l’espoir d’une prolongation. Que Pierre Paul, en fin d’ouvrage, ait fait figurer un recueil de ses propres poésies, constitue l’indice sérieux d’un tel souhait de la part de tous ceux qui avaient rendu possible et accompagnée pareille initiative. On sait aussi que tel ne fut pas véritablement le cas : cette publication marqua tout autant un accomplissement réussi qu’une fin, qu’un effacement.

  • 8 V. Roland Costa, « Claude Brueys. Éléments d’une recherche biographique », Prouvènço 2000, 5, 1988, (...)
  • 9 Voir Xavier Lavagne, « Note bibliographique sur les œuvres de Claude Brueys éditées de son vivant » (...)

6Quand Claude Brueys, en 1628, publie son propre Jardin, il s’agit apparemment d’une tentative personnelle pour sauver de l’oubli une œuvre déjà ancienne, plusieurs dizaines d’années après l’écriture de la plupart des pièces qui composent ces deux volumes de plus de 400 pages chacun. Comme le confirment les précieuses recherches menées par Roland Costa8, Brueys a dû naître en 1570 ou 1571. Et l’on perd sa trace après 1628, alors même qu’il vient de publier son Jardin, ainsi que quelques autres pièces, en français ou en provençal, de tonalité plus solennelle que ses compositions carnavalesques9. Vivant des ses rentes, membre du conseil communal d’Aix, Brueys, dans les années 1620, est devenu une notabilité de sa ville : ses qualités de poète en font un personnage des cérémonies officielles, de telle sorte qu’il lui est sans doute possible d’envisager, dans un tel contexte, de faire connaître son œuvre antérieure, malgré une inspiration assez différente des textes les plus récents qui ont contribué à sa notoriété. Cette publication s’inscrit ainsi dans une perspective que l’on peut qualifier de mémorielle, comme Brueys lui-même, dans l’avis au lecteur en français qu’il écrit alors, semble inviter son lecteur à le penser :

  • 10 Cette pièce liminaire, tout comme la dédicace au marquis d’Oraison qui la précède, est absente de l (...)

La priere de quelques-uns de mes amis a tiré cet ouvrage de la poussiére, où il estoit dépuis vingt-cinq ou trente ans, que la fougue de la jeunesse me donnoit du temps, et de l’humeur pour m’y appliquer, hormis les vers que j’ay composé à l’arrivée du Roy en ceste ville ; et dépuis deux pieces en François, la Provence au Roy, et le chant d’alegresse sur la defaicte des Anglois10.

7Sous les formules traditionnelles destinées à capter la bienveillance des lecteurs, Brueys révèle que l’accès tardivement donné au public de textes datant pour l’essentiel des années 1590-1600 a sans doute pour motivation le désir de ne pas laisser perdre définitivement ces témoignages d’une époque révolue. Les préoccupations personnelles rejoignent ici une volonté de conserver et de transmettre, dont l’importance des deux volumes imprimés par Estienne David témoigne avec force.

8Après Bellaud, dont la mémoire avait été sauvée in extremis par quelques conjurés provençaux conduits par Pierre Paul, Brueys, qui connaît l’œuvre de son glorieux et quasi mythique prédécesseur, poursuit incontestablement une tâche de préservation qui va se développer pendant une bonne partie du siècle, et dont les deux Jardins des années 1660, comme les publications de Roize, paraissent bien avoir été les héritiers assez directs.

  • 11 V. Xavier Lavagne, Répertoire bibliographique des livres imprimés en France au xviie siècle. XIX. P (...)
  • 12 Ce texte manuscrit de la première moitié du xvie siècle n’a connu l’impression qu’au xxe, après plu (...)

9À Aix, Roize, entre 1630 et 165611, fait paraître huit ouvrages en provençal (ou pour l’un, le premier, Les quarantaines de Roize, mêlant des pièces de vers satiriques en français ou en provençal à propos de la peste venant tout juste de sévir) dont la plupart se présentent comme des anthologies ou, à tout le moins, comme des regroupements de textes d’inspiration diverse. Le premier d’entre eux, si l’on compte à part les Quarantaines de 1630, la Bugado prouvensalo, est essentiellement un recueil de proverbes. Ceux qui suivent sont des anthologies, de textes profanes, burlesques et suscitant le rire, de tonalité carnavalesque, tel le Coucho-lagno ou le volume regroupant les cinq comédies de Zerbin. Mais on trouve aussi dans cette production deux recueils de noëls « nouveaux » en provençal (Nouvez nouveous, chantés dans la cathédrale Saint-Sauveur d’Aix, en 1649 et 1654). Un extrait, en prose provençale, d’un texte plus ancien, donné, très certainement à tort, comme extrait du journal d’Honorat de Valbelle12. Et encore la paraphrase des sept psaumes de la pénitence par Jean Sicard, de la Tour-d’Aigues, en 1656, que les successeurs de Roize devaient réimprimer quelques années plus tard.

  • 13 Contrairement à ce que l’on a pu supposer (Bory par exemple), Roize fait le choix du provençal dès (...)
  • 14 Bellaud parle de sa muse « en habit de pauretat » (en habit de pauvreté), et encore de sa « muso de (...)
  • 15 Pour en fournir de mémoire à chacun.
  • 16 Soit pour me satisfaire, soit pour faire valoir mon métier.
  • 17 Dans sa dédicace à Brancas, il avoue « que n’entendé lou prouvençau que per habitudo », qu’il n’ent (...)
  • 18 Chercheront à redire quant à l’orthographe provençale, mal observée sur certains points.
  • 19 Une autre édition augmentée que je préparerai, tandis que celle-ci sera en vente, te donnera davant (...)

10Sur la stratégie éditoriale de Roize, on ne peut émettre que des hypothèses. Son choix du provençal, pour une partie non négligeable de sa production imprimée, semble répondre, ainsi que l’expriment les préfaces qu’il signa en tête de plusieurs des ouvrages concernés, à une volonté délibérée de donner à cette langue un espace d’existence, en permettant de la sorte à certains textes de ne pas sombrer dans l’oubli13. Dans son adresse de la Bugado à l’endroit d’Honoré de Brancas de Forcalquier, Roize, en provençal, souligne que les propos de sa « muso groussiero » (la formule « muse grossière » est déjà présente, avec quelques variantes, chez Bellaud14) ne constituent certes pas « un trabail digné d’estré presentat à vouëstro Segnourié ». Est-ce la langue qui est ainsi qualifiée ? Le contenu « joyeux » de l’ouvrage ? Ou encore les deux, ce qui est sans doute l’hypothèse la plus vraisemblable. Dans l’adresse en prose « Au letour » qui suit, il s’étonne, que nul n’ait pensé avant lui à réunir les proverbes, sentences et similitudes « per n’en fournir de memoris à cadun »15. À cette occasion, il laisse échapper quelques considérations qui attirent l’attention. L’une d’entre elles est qu’il a agi de la sorte contre ce qui serait donc l’opinion générale « sié per me contentar, sié per fa valer mon mestié »16. Ce double aveu suggère des visées personnelles : Roize, qui n’est pas d’origine provençale17, et qui ne comprend que « par habitude » cette langue, a trouvé du plaisir à effectuer cette compilation. Mais il sous-entend aussi une ambition plus professionnelle et mercantile : donner de la valeur aux ouvrages qui sortent de ses presses, c’est-à-dire en obtenir des bénéfices, par le moyen des lecteurs qu’il espère ainsi séduire afin qu’ils deviennent des acheteurs. La seconde partie de cette adresse vient préciser ses propos. Il s’adresse en particulier aux amateurs de provençal pour les prévenir que l’ouvrage s’attirera peut-être les reproches de « quauquès censurayrés » (quelques censeurs) qui « cercaran à rediré à l’ourtougrapho prouvençalo en quauqués luecs mau ousservado »18. Cela provient de la « diversité des ouvriers, qui, à différents moments, ont été employés à l’impression de ce livre, et qui ne sont pas instruits en ce langage ». Mais pareil défaut n’est que provisoire : des correctifs seront apportés en fin d’ouvrage, et, surtout, une « autro edicien augmentado qu’yeou prepararay, daumens qu’aquesto se debitara, te dounara davantagy de contentament19 ».

  • 20 Alors que nous nous approchons du carnaval.

11Cette dernière remarque avant de prendre congé du lecteur nous renseigne sur le projet éditorial de l’imprimeur aixois et sur le travail de son atelier, où plusieurs protes travaillent sur telle ou telle partie de l’ouvrage en cours de fabrication. Elle confirme en particulier qu’il s’agit bien là de la première manifestation de ce qui a été voulu comme une entreprise concertée, destinée à satisfaire un lectorat intéressé par le provençal d’une part, mais aussi par une certaine thématique, faite de consolation, de gaieté et, aussi, d’enseignements divers. La mention précisant que l’avis au lecteur est rédigé « aro que s’aprouchan dou caramantran20 » signale même incidemment les circonstances qui sont susceptibles de donner valeur et prix, dans tous les sens du mot, au livre : il s’agit aussi d’un ouvrage qui tombe à point.

  • 21 La nouvelle impression de la Bugado, annoncée en 1649, a-t-elle vu le jour ? Il semble que non, sau (...)
  • 22 L’édition procurée par Florian Vernet (op. cit.) de l’une d’entre elles (Leys hounours / de Couguël (...)
  • 23 S’adressant a son « Amic letour », Roize débute ainsi son propos : « Daumens que ley bueyros Semest (...)
  • 24 « Guérir les mélancoliques, essuyer les larmes des Héraclitéens » ; « conjurer les mélancolies qui (...)
  • 25 Qui te purgeront d’autant plus [que tu te les administreras à haute dose] des tristes humeurs que t (...)

12Cette double volonté, que l’on qualifiera pour faire court de patrimoniale et de commerçante, explique sans doute la publication, la même année, d’un premier ensemble de noëls aixois (pour un autre moment calendaire majeur) et de la Generatien de Valbella, puis celle du Coucho-lagno en 165421. On sait que certains textes de ce dernier recueil, et tout particulièrement Lou Crebo-coüer dou Paisan, sus la moüert de son Ay, qui suit immédiatement les pièces liminaires, ont connu une fortune éditoriale avérée. Quelle que soit l’origine de ces textes, dont la couleur aixoise ne fait aucun doute à travers les nombreuses allusions, visibles ou pour nous plus ou moins cachées, que l’on peut y déceler22, Roize, avec cette nouvelle anthologie, paraît avoir cherché non plus tellement à conserver (mais nous sommes mal placés pour le savoir) qu’à diffuser une production sans doute récente, et peut-être écrite à dessein. Cette fois encore le provençal est mis en avant : c’est dans cette langue qu’est rédigé l’avis liminaire au lecteur. Et c’est à l’actualité (les troubles du Semestre23) que le recueil tout entier réagit, pour, en quelque sorte, en compenser les effets dévastateurs. Il s’agit, comme pour la Bugado, selon l’image développée dans l’avis au lecteur de l’un et l’autre recueil, de conjurer la mélancolie. « Garir ley melancoulious, eyssugar ley lagrémos deys Heraclitous24 », lit-on dans la dédicace à Brancas ; « esconjurar las melancouliés que te pourrien emmandar au roüyaumé dey darbons », prévient l’avis au lecteur du Coucho-lagno bien nommé. L’un et l’autre ouvrage sont des « médecines », « que te purgaran eytan may dey tristos humours que pourriés de tens en tens acampar25 ».

13La publication en 1655 d’un autre auteur de compositions carnavalesques, Zerbin, peut être prise pour une confirmation du succès rencontré par le Coucho-lagno de l’année précédente : il s’agit toujours de réunir des textes, en l’occurrence, des « raretés », mais également et clairement dans l’acception patrimoniale du terme, qui, par leur contenu, se rattachent aux compilations antérieurement élaborées par Roize. Une même couleur carnavalesque les anime, et l’importance du volume publié (près de 400 pages) est révélatrice d’une volonté de donner tout l’espace qu’elle mérite aux yeux de l’imprimeur aixois à une production jugée appréciable aussi bien par celui qui l’édite que par les lecteurs (désormais fidélisés ?) auxquels elle est destinée.

  • 26 Un parfait lettré, principalement versé dans la poésie et les rimes provençales.
  • 27 Recouvrer ces pièces, que ne sont qu’une partie de l’œuvre de leur auteur.

14Zerbin est mort quand Roize s’efforce de recueillir ses comédies, dont il souligne, dans une dédicace en prose provençale au chevalier de Sanes, qu’elles sont l’œuvre d’un « Letrut en tout, principalament à la Poësié, & ey rimos Prouvençalos26 ». Tandis que dans une adresse au lecteur, disposée, selon son habitude, à la suite de la dédicace initiale, il évoque les difficultés qu’il a rencontrées pour « recoubrar aquestey peços, que non soun qu’uno partido deys Obros de son Authour27 » et annonce un autre volume à venir, dans lequel seraient consignées d’autres textes Zerbin recueillis auprès de « divers acteurs ».

15On ignore quel accueil reçut cette publication, comme d’ailleurs celles qui l’avaient précédée. Mais on doit constater que cette courte, certes, mais authentique série produit rétrospectivement un « effet de masse » certain. Jean Roize, par sa persévérance, donnait corps et continuité à un mouvement déjà ancien, sans doute né avec la publication posthume à Marseille des poésies de Bellaud, puis avec celle des compositions de Brueys à Aix. De telle sorte que les Jardins deys Musos, sans doute marseillais, de 1665 et 1666 s’inscrivaient tout naturellement dans le sillage de ce mouvement, dont ils élargissaient et enrichissaient les ambitions tout en en reconduisant certains des acquis.

  • 28 L’atelier des David, comme auparavant celui de Tholosan, imprime lui aussi du provençal. Les œuvres (...)
  • 29 L’un des pièces liminaires, en français, de ce recueil inaugural est assez explicite à cet égard, f (...)

16Cet élan peut en outre être mis en correspondance, ou en tout cas en parallèle, avec ce qui se passe à la même époque à Montpellier, avec les éditions successives des Fouliés d’Isaac Despuech, dit Le Sage, entre le début et la fin du siècle ; et plus encore, probablement, avec la remarquable production d’ouvrages consacrés au théâtre biterrois des Caritats par l’imprimeur Jean Martel, entre 1628 et 1650. Martel, nouvellement établi à Béziers, trouve avec l’impression, en 1628, d’un premier recueil anthologique de ce théâtre de la place publique l’occasion de se faire un nom et ainsi de se démarquer de son voisin et concurrent sur la ville, Jean Pech. Ce qui le meut est assez proche de ce qui soutient les entreprises aixoises de Roize. Sans doute d’abord, se distinguer de son concurrent bien établi dans la place, Estienne David, successeur de Jean Tholosan, puis Charles David28. Ensuite, sauver de l’oubli un répertoire local assez exceptionnel (les pièces les plus anciennes imprimées par Martel en 1628 remontent aux années 1615-1616 ; la plus récemment représentée étant immédiatement antérieure à l’impression du recueil). Sauver de l’oubli, donc, mais aussi, malgré ses dénégations (qui ont sans doute, comme souvent, valeur de preuve par l’inverse), conquérir un « marché » local29, dans la langue vulgaire du lieu, dans un double cadre : celui des représentations proprement dites, quand il s’agit d’impressions isolées, proches parfois de la brochure de colportage ; et celui des amateurs, liés à cette production dramatique originale par tout un ensemble de fidélités (et de nostalgies ?) qui tiennent tout à la fois au rapport au temps écoulé, au milieu susceptible de lire et de collectionner ces textes, parce qu’il s’est trouvé, directement ou non, proche des « auteurs », souvent anonymes, de ces pièces (autour des « marchands », ou encore du présidial).

  • 30 On attribue l’impression des deux ouvrages à l’atelier marseillais de Claude Garcin, et leur compil (...)
  • 31 On consultera à propos de cet écrivain, né à Montpellier en 1583 et mort dans cette même ville en 1 (...)
  • 32 Le texte [4] de 1666, qui constitue un prolongement de la pièce [4] de 1665 est lui une innovation.

17Les Jardins deys Musos de 1665 et 1666, en prise directe sur les impressions proprement aixoises qui les ont précédés, ravivent une mémoire sentie comme fragile, et la nourrissent d’acquis nouveaux, judicieusement choisis, peut-on penser, voire provoqués par leurs compilateurs et imprimeurs30. L’examen de leur contenu est assez parlant à cet égard. Le recueil de 1665 est essentiellement fait de reprises : la pièce [1] est une des comédies carnavalesques de Brueys, sans nul doute réimprimée à partir du Jardin de cet auteur imprimé en 1628. Il en va de même de la pièce [2]. La pièce [4] est, elle, la reprise de la pièce [3] du Coucho-lagno, véritable succès de l’impression provençale pendant toute la seconde moitié du siècle et au-delà. Les pièces [3] et [5], enfin, proviennent de Montpellier, empruntées au Fouliés d’Isaac Despuech31, au prix d’un certain nombre de réfections et d’adaptations étudiées ici même par Jean-François Courouau. Restent les deux derniers textes du recueil : la longue Comedie de l’interez, Ou de la Ressemblanço et la Farço de Juan dau Grau. Il s’agit là encore de deux textes dramatiques, le premier dans la lignée des comédies de Brueys et surtout de Zerbin, le second apparaissant moins élaboré, mais dont le sujet et les personnages sont en rapport direct avec l’actualité marseillaise, comme si le compilateur du recueil avait voulu donner à celui-ci une couleur plus « locale ». Le recueil de 1666 ne rompt pas avec celui paru l’année précédente. Certains des textes qu’il contient sont communs aux deux recueils : il s’agit (je donne d’abord le numéro de 1666, suivi entre parenthèses de celui de 1665) des pièces [3] (4)32 ; [5] (5) ; [2] (6) ; [7] (3) ; [8] (7) ; [9] (1). Les autres pièces sont nouvelles.

  • 33 Jacques Thomas Bory, Les Origines de l’imprimerie à Marseille. Recherches historiques et bibliograp (...)
  • 34 V. Ph. Gardy, op. cit., p. 288.
  • 35 Pour l’interprétation de La souffranso e la miseri des Fourças, on lira Jean Eygun, « Une littératu (...)
  • 36 J’ai proposé d’y voir (Ph. Gardy, op. cit.) une sorte de jeu de langues pouvant servir d’arrière-pl (...)
  • 37 Voir Philippe Blanchet et Roger Gensollen, Vivre en pays toulonnais au xviie siècle : Textes proven (...)

18Cette similitude relative des contenus suggère quelques remarques. La reprise, quoique dans un ordre différent, de cinq pièces, déjà présentes en 1665, dans le recueil de 1666 peut laisser penser que le recueil de 1665 n’était déjà plus disponible au moment où celui de 1666 a été conçu puis mis en fabrication. Le premier de ces Jardins aurait-il été un succès pour son promoteur ? Rien ne permet de l’affirmer, mais ce serait là un argument allant dans le sens d’une telle hypothèse. Une pièce, en revanche, a disparu dans l’intervalle, et ce n’est pas la moindre puisqu’il s’agit du n° [6], attribué à un certain Charles Féau, prêtre de l’Oratoire par Bougerel puis Bory33, ce dernier expliquant cette disparition par les fonctions religieuses de son auteur, fonctions assez peu compatibles avec le contenu de la comédie en question. Cette disparition, quoi qu’il en soit, a largement été compensée par un éventail de compositions nouvelles : [1], [2], [4], [10], [11], [12] et [14]. (De celles-ci doit être exclu le texte n° [13], qui n’est en fait qu’une reprise de la Bugado prouvensalo recueillie et publiée en 1649 par Jean Roize, et dont Bory nous apprend qu’elle a été reliée, sous une forme abrégée, avec plusieurs exemplaire du Jardin de 166534 à des dates qu’il serait intéressant de pouvoir connaître plus précisément). Ces ajouts multiples et divers témoignent d’une authentique activité d’écriture en provençal autour d’Aix et de Marseille. Ils révèlent le succès du Crebo-couer, auquel on adjoint une suite, tout cela préfigurant la multiplication des éditions séparées de ce texte. Ils font également une part non négligeable à des textes renvoyant à des réalités de l’époque (les galères35 ; les confréries luminaires…), mais qui restent fortement imprégnés de la vision carnavalesque de la société et du langage (provençal) très présente dans les compositions issues du recueil de 1665. L’arrivée d’un nouveau poème emprunté aux Fouliés d’Isaac Despuech, Canson de la mau maridado, va dans le même sens : la veine carnavalesque de l’écrivain montpelliérain s’accorde bien avec celle que désirent insuffler à leurs recueils les artisans marseillais des Jardins. Si l’interprétation de deux courts dialogues bilingues français-occitan en prose [10] et [11] reste malaisée36, l’adjonction finale d’un poème inédit de Barthélemy Forgeon, curé de Flassans (diocèse de Fréjus), sur un thème poétique d’époque, celui de la « solitude », montre, en deçà de toute tentative d’interprétation, que pour ce second recueil a été mis à contribution pour le moins un auteur alors en pleine activité. Demeurant entre Marseille et Toulon, Forgeon n’est pas exactement un isolé : nous savons que son cousin, un certain Pierre Chabert, de La Valette près de Toulon, se livrait lui aussi à l’exercice littéraire en provençal, et que l’un et l’autre ne dédaignaient pas de se dédier des poèmes de leur cru37. Tous deux, plusieurs signes le révèlent dans les poésies de Chabert, devaient avoir coutume, comme c’était souvent le cas alors, de faire circuler des copies de leurs œuvres, ou encore de les réciter devant un petit auditoire. Rien d’étonnant, donc, à ce qu’une composition de Forgeon puisse être parvenue entre les mains des compilateurs du Jardin de 1666, soit à l’initiative de son auteur, soit à la demande de ceux-ci.

  • 38 Blanchet et Gensollen, op. cit., 198-199.

19Tout cela est révélateur d’une certaine vie littéraire provençale, en ce milieu du xviie siècle, entre Aix (où l’on pense que Chabert avait occupé un temps des fonctions, et, peut-être, poursuivi des études38), Marseille et la région toulonnaise. L’existence des deux Jardins marseillais est probablement à comprendre comme l’une des manifestations visibles encore aujourd’hui de cette activité d’écriture, qu’un imprimeur de la ville, Garcin sans doute, à l’exemple de Roize un peu plus tôt à Aix, serait venu tout à la fois soutenir et exploiter à son profit.

  • 39 Convient-il de faire entrer la Generatien de Valbella dans cet ensemble ? Qu’il se soit agi, sans a (...)

20Ces deux imprimeurs ont indiscutablement tenté de mener à bien une double stratégie, de distinction d’abord, et aussi de satisfaction d’un public qu’il s’agissait sans doute également d’élargir. Cette stratégie, pour Roize, consista assez clairement à se distinguer de son voisin et concurrent sur la place d’Aix, l’atelier des David, eux-mêmes héritiers des Tholosan. Le choix du provençal, s’il a pu représenter pour lui l’expression d’une volonté personnelle d’illustration, sinon de défense, a joué un rôle central dans le développement de cette stratégie. Promouvoir l’expression en cette langue lui permettait incontestablement de se différencier de l’autre atelier aixois, et de circonscrire un public un peu particulier dont les contours demeurent problématiques. Celui-ci, fait à coup sûr de lettrés capables d’acheter et de compulser de tels ouvrages, devait y trouver non seulement une version « joyeuse » de ce qu’ils étaient habitués à lire en français (langue dans laquelle des équivalents existaient bien sûr), mais encore une version à la fois locale, enracinée, et faisant linguistiquement contraste avec ce que ce même français pouvait leur offrir. La fenêtre de tir était certes assez étroite, mais elle n’était pas totalement fermée39.

  • 40 À qui l’on attribua plus tard, avec ténacité, Lou Crebo-couer d’un Paysan. Toutes ces attributions (...)

21Si l’on parvient à imaginer ce qui sous-tendait le projet de Roize comme celui de son émule marseillais, on doit rester prudent quand il s’agit de comprendre d’où provenaient ces textes quand on n’en repère pas aussitôt l’origine, et quel pouvait en être le public. Si Roize ressuscite la personnalité de Zerbin, il reste muet sur les auteurs des autres œuvres par lui publiées. On peut conjecturer, à la lecture des trois pièces liminaires en vers disposées en tête du Coucho-lagno à la suite des deux avis en prose de Roize, que l’acampayre (le collecteur) désigné dans le titre de la première est Roize lui-même ; et que l’intitulé de la troisième (« Sus ley vers qu’eou a fach », sur les vers que celui-ci [ = Roize] a faits) s’adresse également à lui. Les deux derniers vers de cet ultime quatrain énoncent que « … moüenstrent ta vertu / De ço que siés l’authour, tu mémé inca l’imprimés » (… en montrant tes qualités / à travers ce dont tu es l’auteur, c’est toi-même qui l’imprimes). Roize serait-il donc l’auteur de la totalité du Coucho-lagno ?... Comme il aurait lui-même réuni les proverbes de la Bugado ? Les mêmes interrogations se posent à propos des deux Jardins marseillais. Les auteurs de certaines pièces, retombées dans l’anonymat, nous sont bien connus, on l’a vu (Brueys, Despuech notamment). D’autres ont été, à tort ou à raison, identifiés par la postérité : Charles Féau, un certain Aixois du nom de Louis Briançon de Reynier40, et encore François de Bègue, lequel, non content d’avoir réuni les recueils, en aurait écrit certaines des pièces sans y apposer son nom. Seul Forgeon, en 1666, est nommé, peut-être parce sa Solitudo melancoliquo avait déjà pas mal circulé, à l’oral comme à l’écrit, et qu’il était donc difficile de l’en déposséder, ce qui était évidemment plus facile pour un Brueys ou un Despuech, tous deux disparus. On peut d’ailleurs s’interroger sur les chemins qu’avaient empruntés les Fouliés du second pour arriver jusqu’à Marseille : l’impression montpelliéraine qui semble avoir servi de source, celle de 1650, avait peut-être attiré l’attention d’un « amateur », tel Martel à Béziers ou Roize à Aix.

  • 41 La souffranso & la miseri des Fourças s’achève sur l’affirmation explicite de la nature (ou en tout (...)
  • 42 Pour les années 1649 et 1654. Ces deux recueils n’ayant été conservés qu’à raison d’un exemplaire c (...)
  • 43 Cette production fait l’objet d’une contribution à paraître de François Pic (« Critères et données (...)

22Il faut dire que la tonalité hautement carnavalesque des pièces de Despuech retenues par l’anthologiste marseillais s’accordait fort bien avec le contenu du reste du premier recueil publié. On y revient : cette prééminence du carnaval, sauf dans quelques textes, semble être ce qui donne sa cohérence à l’ensemble41. Ces deux épais « petits livres », ainsi, faisaient la somme des décennies passées, en regroupant sous une forme commode un choix de ce que le provençal (et le languedocien, bien que rien ne permette de l’identifier comme tel sous la vêture provençale qui lui a été donnée) avaient su produire depuis plus d’un demi-siècle. Roize, à y bien regarder, avait fait de même en publiant ses proverbes ou ses propres anthologies, qui alliaient sauvetage d’une mémoire et promotion de textes « nouveaux », comme l’étaient, selon une terminologie d’ailleurs traditionnelle, les noëls de la cathédrale Saint-Sauveur qu’il imprima et dont deux minces recueils ont été conservés42. Les occasions calendaires, comme la remise en circulation de textes plus anciens, en se conjuguant, rendent possible ces publications qui referment une époque et en ouvrent une autre. De là, probablement, l’aspect assez composite qu’offrent pour nous les deux Jardins marseillais : on rassemble et sauve ou sort de l’oubli, et l’on promeut d’autres textes, d’autres auteurs, dont certains vont nourrir pendant un demi-siècle au moins une production de brochures de colportage43.

  • 44 Resterait à savoir si ces éditions isolées procèdent des recueils marseillais, ou si elles ont éman (...)

23Les deux Jardins, comme les anthologies et les pièces séparées imprimées par Jean Martel à Béziers un peu auparavant, sont agrémentés de bois gravés, qui, avec les bandeaux et les frises également présents, donnent à ces ouvrages de petit format (in-12°) un aspect agréable, à la fois « naïf » et plaisant. Cela fait de ces copieux volumes, dépourvus de présentation ou de mentions de localisation, des objets de lecture propres aussi bien à la méditation du collectionneur qu’à la lecture ou à l’interprétation soit privée, soit publique. Ce sont des sortes de monuments, toutes proportions gardées, où se mêlent à une certaine forme de nostalgie les élans d’une vitalité poétique en train de se chercher. Ces deux recueils ne semblent pas avoir fait école : Garcin, si c’est bien lui qui les a imprimés, n’a pas vraiment persisté dans cette voie, bien qu’il ait continué à être actif jusqu’au début des années 1690. De la même façon, les successeurs de Jean Roize, Étienne Roize et la veuve de Jean-Baptiste Roize, n’ont plus guère imprimé de provençal, à l’exception notable de la paraphrase des psaumes de la pénitence de Sicard, dont un nouveau tirage vit le jour en 1673. Mais certaines des compositions incluses dans les deux Jardins, au contraire, ont connu une vogue assez remarquable en éditions isolées44.

  • 45 Tel est le cas des textes signés « Murayre » (Marseille, 1658 et 1666) et de celui, anonyme et dépo (...)
  • 46 Lou Crebo-couer et sa Suito étant attribués à Louis Briançon de Reynier, dont Achard, suivant Bouge (...)

24 Les impressions en provençal, à Aix ou à Marseille, sont peu nombreuses pendant tout le XVIIe siècle. La « Table des impressions en langue provençale » établie par Xavier Lavagne à la fin de son Répertoire bibliographique en 1996 n’occupe qu’une seule page sur les plus de 400 qu’en comporte le volume, soit un peu plus de trente titres. Si l’on considère, pour ces deux villes, les ouvrages imprimés par Tholosan, les David, les Roize d’un côté, et Garcin de l’autre, le provençal occupe une place tout aussi ténue. Outre quelques ouvrages qu’on peut qualifier d’isolés, seuls deux ou trois faits attirent vraiment l’attention à l’examen de la production de ces imprimeurs. Pour Aix : le lien entre Jean Tholosan, qui a réimprimé le Don-Don infernal de Bellaud en 1602, et la personne de Claude Brueys, qui confie à ses soins l’impression de toutes ses œuvres entre 1619 (date supposée) et 1628 ; l’intérêt sinon constant, à tout le moins suffisamment réitéré pour faire sens, de Jean Roize pour la production provençale, de son temps comme des périodes antérieures. Pour Marseille, où l’imprimerie est bien moins florissante alors : la sorte de coup d’éclat, renouvelé une fois, que constitue la publication des deux Jardins, probablement par Claude Garcin (les autres textes provençaux repérés sont postérieurs à 1666, ou, pour les deux ou trois restants, apparaissent comme des compositions de circonstance45). À s’en tenir aux seules impressions de Roize et de Garcin, il paraîtrait raisonnable d’estimer que le premier a pu, imprimeur lui-même, donner libre cours à son intérêt pour la matière provençale, aixoise essentiellement, et y trouver en même temps quelques intérêts plus matériels. Pour Garcin, les choses sont peut-être plus complexes. Si l’on décide de prêter foi aux informations fournies par Bougerel, puis Achard, plus tard reprises par Bory, on s’arrêtera sur la personnalité de ce François de Bègue, réputé être l’auteur de plusieurs textes des deux Jardins marseillais, et, en outre, en avoir promu l’impression. La conjonction de son goût pour l’écriture du provençal (comme chez Roize) et de son désir de préserver quelques témoignages de cette littérature à éclipses tout en en faisant connaître de nouveaux (non sans succès, à voir la fortune de certains), tout cela pourrait expliquer les deux volumes anthologiques successifs. Qu’ils n’aient pas connu de suite directe est une autre affaire : comment savoir ce que François de Bègue, s’il a bien été pour beaucoup dans cette entreprise, est devenu par la suite ?... Depuis Bougerel et Achard, on lui attribue la paternité de la pièce n° 7 du recueil de 1665, ainsi que des pièces n° 1 et n° 4 de celui de 166646. De telle sorte que seules les pièces n° 10 et 11 de ce dernier ensemble, comme le note Bory, se retrouveraient dépourvues d’auteur.

25Tout, ou presque tout, ainsi, trouverait un commencement d’explication autour de la personnalité de ce François de Bègue, l’un des auteurs présumés de plusieurs pièces nouvelles de ces deux volumes, et le compilateur, présumé toujours, de toutes les autres. Amateur de littérature et d’écriture provençales, capable de jeter un regard amusé et critique sur certains aspects de la société et de la sociabilité marseillaises, lié à d’autres amateurs de son espèce, tel le curé Forgeon ou Louis Briançon de Reynier, il aurait été la cheville ouvrière, quoique sous le manteau, mais avec la complicité de Claude Garcin, de ces deux anthologies à la fois joyeuses et sérieuses…

••

  • 47 Dans laquelle, entre autres choses, est établie de façon précise et argumentée l’authentique proven (...)
  • 48 François Pic, « Échos européens de la littérature occitane au xviiie siècle : le Recueil de poètes (...)
  • 49 Mais on est souvent infidèle à la copie utilisée, sans aucun doute par incompétence linguistique.
  • 50 Pain utilise, comme l’a établi François Pic, une édition toulousaine de Goudouli de 1693-1694 ; une (...)
  • 51 François Pic, op. cit., p. 589.

26Ces deux anthologies se situent ainsi, selon toute vraisemblance, au carrefour de deux tentations bien différentes : celle de la collection, à des fins de conservation et de divertissement ; celle de la mise en circulation d’une littérature popularisante, vouée à un certain succès de librairie. Faut-il inclure dans cette lignée les deux volumes publiés à Amsterdam en 1700, et dont le contenu rassemble aussi bien Las Obros du Toulousain Pierre Goudouli, que l’Embarras de la fieiro de Beaucaire du Nîmois Jean Michel et… Les folies du sieur Le Sage, de Montpellier ? L’enquête passionnante47 conduite par François Pic48 au sujet de ce Recueil de poètes gascons nous incite à la prudence. Le lieu d’impression excentré de cet ensemble, comme les modalités particulières de la diffusion des exemplaires connus à partir des Pays-Bas, tout cela rend très fragile tout essai de comparaison avec les deux Jardins marseillais. Sans parler du fait que les anthologies marseillaises se veulent « provençales », de lieu et de variété linguistique (on y « traduit » Despuech dans le parler du lieu et on l’y adapte à la réalité provençale), alors qu’en 1700, pour des œuvres il est vrai toutes trois « languedociennes », on ne touche pas à la lettre des textes, malgré d’assez nombreuses différences dialectales entre Toulouse, Montpellier et Nîmes49. Notons cependant, quelles qu’aient pu être les circonstances qui ont conduit Daniel Pain, « marchand librayre su’l Voor Burgwal prép dèl Stisteeg », à la prendre en charge, que l’existence, en 1700, de cette épaisse « anthologie » (autour de 600 pages en tout) témoigne des mêmes préoccupations que celles que l’on peut prêter à Roize ou à Garcin : remettre en circulation des textes déjà bien diffusés (Goudouli), plus rares et plus « locaux » (Despuech, Michel)50 ; les réunir commodément, alors même que leur ancrage géographique est relativement étendu (de Toulouse à Nîmes, en passant par Montpellier). La reprise de L’amourous transit après les poésies de Jean Michel souligne cette vocation testimoniale : pour une seule et unique fois, le compilateur des deux volumes s’exprime, si l’on ose dire, à visage semi découvert, quand il précise, reproduisant la présentation de Borel en 1655, que c’est, comme son prédécesseur, pour « faire plaisir aux amateurs de ces sortes de Pieces » et, ainsi, « la ( = cette pièce) garentir d’être éteinte par l’oubli »51.

  • 52 On peut supposer, avec d’assez bonnes raisons, l’existence d’une impression antérieure de quelques (...)
  • 53 François Pic ne tranche pas, relevant simplement que la répartition des exemplaires connus de cette (...)
  • 54 Les conditions de ce retour en pays d’oc de l’œuvre de Despuech ont été décrites et analysées par F (...)
  • 55 Jean-François Deydé (1700-1778), marquis de Grémian, membre d’une très influente famille montpellié (...)
  • 56 Voir Guy Barral, Abbé Jean-Baptiste Fabre. Correspondance et autres documents inédits publiés pour (...)

27La présence de pièces tirées des Folies dans les Jardins comme la reprise de ce recueil en 1700 par Daniel Pain apporte de surcroît quelques éléments de réflexion sur la trajectoire suivie après leur publication par les œuvres du poète montpelliérain. À Marseille, plusieurs indices, qui mériteraient d’être consolidés par des études plus fines, permettent de penser que c’est l’édition de 1650 qui a servi de source au compilateur des Jardins. À Amsterdam, en revanche, François Pic a montré que c’est probablement l’édition la plus ancienne connue à ce jour, celle datée de 1636, qui a été suivie52. On peut conclure de ces deux constatations que la fortune de Despuech a été relativement importante, pour des raisons qui échappent en partie, dans la seconde partie du xviie siècle. Chez lui bien sûr, puisqu’on compte, au plus, trois éditions des Folies avant 1700. Et hors (et plus ou moins loin) de Montpellier : les deux Jardins l’acclimatent, sous couvert de retombée dans l’anonymat, à l’écriture et au terroir provençal, tandis que l’initiative amstellodamoise de Daniel Pain le réunit à Goudouli et Jean Michel dans un contexte bien différent. Cela n’empêchera d’ailleurs pas Montpellier (probablement53) de le « récupérer » un peu plus tard : une édition de 1725 des Folies, sous une sans doute vraie « fausse adresse » hollandaise cette fois, semble renouer avec les impressions de 1636 et 1650, tout en ignorant celle de… 170054. Il faut noter à ce propos que l’abbé Fabre, l’écrivain occitan emblématique de la région montpelliéraine au xviiie siècle, ne connaît pas Despuech, et que c’est l’un de ses correspondants55, sans doute amateur de son œuvre poétique occitane, qui lui en apprend l’existence et lui en prête un ­exemplaire (de quelle édition ?56). Cette ignorance semblerait montrer qu’en 1775 le souvenir de cet écrivain qu’on aurait pu croire emblématique de sa ville ne concernait pas quelqu’un comme Jean-Baptiste Fabre pour qui l’écriture en langue d’oc constituait une activité quasi permanente et notoire, mais dont l’acculturation semble avoir été entièrement française et latine. Est-ce la réputation demeurée passablement sulfureuse de Despuech qui expliquerait une ignorance davantage feinte, dans ce cas, que réelle ? Ou alors, et ce serait plus vraisemblable, cela signifierait-il qu’effectivement, malgré l’impression de 1725 (et celle de 1700 auparavant), l’auteur des Folies s’était effacé des mémoires montpelliéraines en dehors de quelques collectionneurs zélés ?...

  • 57 Voir à ce sujet Philippe Gardy, « Langue d’oc (patois, gascon, provençal, languedocien, langue vulg (...)
  • 58 J’adresse tous mes remerciements aux personnes et aux institutions qui m’ont permis de mener à son (...)

28Ces interrogations, destinées, peut-être, à rester sans réponses, nous aident en tout cas à poser la question de la circulation des textes en occitan que contiennent les diverses « anthologies » examinées ici. Elles montrent, bien sûr, que ces textes circulent : évidence souvent niée, mais ainsi affirmée et consolidée. Elles montrent aussi que ces circulations obéissent à des motivations complexes, oscillant, en gros, entre une passion « antiquaire », empreinte, sans doute, de nostalgie, et le désir, bien compréhensible, d’alimenter un « marché », probablement aléatoire, mais bien réel, et dont les contours ne recoupent pas exactement les préoccupations des seuls « amateurs » locaux. L’attrait de la collection et de la sauvegarde vient rejoindre celui du divertissement d’inspiration carnavalesque, lié à une sociabilité festive elle-même diverse, et voyageuse : les textes sont certes « locaux », enracinés dirait-on de nos jours, mais ils sont aussi susceptibles d’être échangés d’un lieu à un autre, fût-ce au prix de quelques aménagements linguistiques et géographiques. Entre la somme quasi « savante » et ce qui s’apparente de près aux livrets bleus, les frontières ne sont pas étanches. Le passage du texte d’auteur (notion encore fluctuante) à l’anonymat (autre notion tout aussi fluctuante) est une des marques de cette plasticité dont les limites restent floues. À ce point, on peut revenir, en guise de conclusion, sur la question de la langue, qui oriente et détermine le corpus pris en compte. Tous ces textes, peu ou prou, sont qualifiés à un moment ou à un autre de « provençaux ». Seuls échappent à cette étiquette ceux que Daniel Pain, par la force de choses, ne peut appeler que « gascons », comme leurs auteurs. Dénomination d’époque, qui n’a rien de surprenant, quand il s’agit d’évoquer les parlers et la langue parfois écrite des populations méridionales du royaume, à l’exclusion, le plus souvent, des Provençaux, qui à cet égard restent un peu à part, et pour lesquelles on utilise le terme de « provençal ». Le XVIIe siècle est la période où se répand un autre désignant, dont la fortune devait être grande : celui de « patois »57, pour parler de la langue d’oc, la langue des « Gascons » (mais pas encore des Provençaux). En Provence, il faut attendre, dans le corpus occitan considéré ici, la Paraphraso de Jean Sicard (1656), pour voir émerger ce terme, dans un contexte d’ailleurs malaisé à interpréter, et alors même que l’auteur de cette paraphrase s’attache, au même moment, à défendre « sa » langue d’élection comme digne de porter la parole sacrée. Nos auteurs et compilateurs, de leur côté, s’en tiennent à « provençal », et, s’ils ne produisent pas explicitement un discours laudatif ou défensif à l’égard de la langue qu’ils illustrent, ils apparaissent de facto comme les tenants d’un tel discours. L’une des visées des éditeurs posthumes de Bellaud de La Bellaudière, comme de Brueys, et encore de Roize, de Garcin (et de Daniel Pain), est bien de recueillir et de rendre visible le provençal, ou la langue des « Gascons ». Cette langue, souvent d’extraction carnavalesque, est bien sûr celle des masses populaires, vers lesquelles certains des textes rassemblés « penchent », dans un mouvement d’aller et retour qui brouille les distinctions trop faciles entre le « haut » et le « bas ». Mais elle est aussi, séparément parfois, et simultanément aussi, celle de certaines élites, qui l’écrivent, la lisent, l’impriment et la diffusent, pour elles-mêmes, mais également en direction de ceux qui ne lisent pas, mais en constituent souvent les destinataires naturels, moyennant, sans doute, le truchement d’intermédiaires. Ceux-là même dont l’oralisation, dans un cadre qui correspond avec la sociabilité festive du carnaval ou d’autres manifestations similaires, laisse supposer l’existence58.

Haut de page

Annexe

Chronologie de la tradition aixoise et marseillaise des Jardins

Les localisations mentionnées ne sont pas exhaustives. Est indiqué en gras, sous LA (Aix) ou LM (Marseille), le numéro attribué aux ouvrages dans le Répertoire bibliographique de Xavier Lavagne ; sous DM (Montpellier), celui du Répertoire bibliographique de Louis Desgraves.

OBROS, ET / RIMOS PROV- / VENSSALOS, DE LOYS / DE LA BELLAUDIERO […] A Marseille /Par Pierre Mascaron […] 1595.
[Description détaillée et localisation des exemplaires connus dans François Pic, « Essai de bibliographie de Louis Bellaud de la Bellaudière », in Georges Gibelin (ed.), Louis Bellaud de la Bellaudière (1543 ?-1588). Actes du colloque de Grasse, 8-9 octobre 1988, Montpellier, SFAIEO, 1993, 129-159].

IARDIN / DEYS MVSOS / PROVENSALOS. / Divisat en quatre partidos. / Per CLAVDE BRVEYS / Escuyer d’Aix. / A AIX, / Par ESTIENNE DAVID Imprimeur / du Roy, & de ladite Ville. / heritier de I. Tholosan. / M. DC. XXVIII.
Deux volumes [12] – 430 et 425 - [6] p.
Avignon BM 8° 25229 ; Lyon BM 800566 CGA ; Paris BnF RES-YE-3283 Tolbiac ; RES-YE-3284 Tolbiac ; Réserve 8-BL-12262 (1) Arsenal ; Réserve 8-BL-12262 (2) Arsenal ; 8-BL-12263 Arsenal ; Marseille BM 200018 ; 200019 ; 10582 ; Toulouse BM Rés. XVII 296 ; Versailles BM F.A. in12 E 841c … [L’exemplaire accessible à partir de Gallica, celui de la Bibliothèque de Toulouse, est incomplet des premières pages]. LA 250.

Les Quarantaines de Roize, / svr l’AIX QVI PARLE / de son affliction, A Nosseigneurs de cet Auguste Parlement de Prouence. / Ov l’histoire de ce que plus lugubre, facetieux, / loüable, ou reprobable, / s’y est passé / pendant icelle. / Par led. Roize Imprimeur ord. de l’Vniuersité aud. Aix [1630].
Aix, Arbaud, R. 765 ; Paris Mazarine 34.613 (16), pièce 12. LA 292.

LA / BVGADO / PROVVENSALO / Vonte cadun l’ya panou- / chon / Enliassado de prouuerbis, sentencis, / similitudos, & mouts per riré / en Prouuensau, per A, B, C. / Enfumado é coulado en vn tineou / de dessous per la lauar, sabou- / nar é eyssugar coumo se deou. / A AYS / Per IEAN ROIZO à la plaço / deys Prechus 1649. (12), 194, (2) p.
Marseille BM, Rés. 12.103. LA557
[Une contrefaçon ( ?), s. l. n. d., 96 p. Marseille BM Rés. 12.104 ; Paris BnF Z 38.967 ; Rouen BM MT p 10262 fonds Cas. LA558]
Contient :
LEY / PROVVERBIS / PROVVENÇAUX. [p. I]

GENERATIEN DE VALBELLA, / extracho de l’Histori Jornaliero / de Messire Nourat de Valbella quand vivié, / Chivalié, Signor de la Gardo, de Baumello, & Gen- / tilhomme de la Chambro dou Rey, Capitani de Ga- / lero. / A Ais, / Aquo de Jean Roizo, à la Plaço dey Prechus. / M. DC. XLIX, 35 p.
Amiens BM, Masson 1461, pièce 2 ; Marseille BM, 2623. LA575.

NOÜEZ NOUUEOUS, / cantas dins Sant / Sauuayré. / Per Calenos de 1649. [Bois gravé représentant la Nativité] / A Ays, / Aquo de Iean Roize, à la plaço dey Préchus, 1649. 20 p.
Aix Arbaud, S 161. LA571.

Las / Foulies / dau Sage de / Mounpelie / Reuistos e augmentados de diuersos / piessos de l’Autur / Embé son Testamen obro tant desirado. [S. l.] MDCL.
208 p. DM281.
Montpellier BM C222 ; Paris BnF YE-12539 Tolbiac ; 8-RF-78233 Richelieu Arts du spectacle ; Toulouse BM FaD 6752 ; Rés. D. XVII 366 ;
Contient :
L’AMBARQUEMENT, LES / conquestes, & l’heureux retour / de Caramantran
. [27-49]
LAS / AMOVRS / D’AU BERGE’ / FLORISE’E / ET DE LA BERGEIRE OLIVE. [112-118]
CANSOU DE LA MAU MARIDADO
[201-203]

Lou / Coucho-Lagno / Prouuençau, / Per esconjurar las melan- / couliés de ley gens. / A AYS, / Aquo de IEAN ROIZE, / à la plaço deys Prescheurs. / 1654.
Aix, Méjanes, Rés. S 198. LA 623
Contient :
[1 Pièces liminaires] HARRY LAGNO // AV LETOUR. // PER L’ACAMPAYRE’ d’aquestey vers. // AV MESME, sur son naturau. // Sus ley vers qu’eou a fach. // [1-7]
[2] Crebo-coüer dou Paisan, sus / la moüert de son Ay. [8-28]
[3] Suito dey / regrez dou Païsan / Sur la suruiuenço de sa / moüiller à son Ay. [29-35]
[4] LOV COVGVOV / VOVLOVNTARI / A sa moüiller. [36-44]
[5] LEYS AMOVRS / de Iobi, / Et de Madameysello Iano. [45-72
[6] LEYS HOVNOVRS / de Couguëlon Bagnié / dou Poüent-rout, Et de Tranliasso la Bugadiero. [73-84]
[7] LOV RHETOVRICIEN / Gauoüët. [84-87
[8] LOV POETO / Gauoüet. [88-93]
[9] LOV PRECATORI / dey fremos. [93-98]
[10]
Coqualani. [98-107]
[11]
Harango en favour dey Banos. [107-112]

NOÜEZ NOUUEOUS, / cantas dins Sant / Sauuayré. / Per Calenos de 1654. / [Bois gravé représentant la Nativité]/ A Ays, / Aquo de Iean Roize, à la plaço dey Préchus. 16 p.
Aix, Méjanes, Rec. 4° année 1654, pièce 6. LA 624.

LA PERLO / DEY MVSOS / ET COVMEDIES / PROVVENSALOS. / Par M. Gaspar Zerbin, Auoucat. / A AYS, / Aquo de Jean Roize, / à la Plaço dey Préchus. / M. DC. LV. / Emé priuilegi de la Cour. 8 − 360 p.
Aix Méjanes, 8° 9735 ; Avignon BM, 8° 51339 ; Lyon BM, 803934 ; Paris BnF, Ye 3262 : Toulouse BM, Rés. D XVII 654. LA 633.

PARAPHRASO / PROVVENSALO / sur leys sept pseaumés penitenciaux. / Per Iean Sicard de la Tourré / d’Aigués. / A Ays / aquo de Iean Roize, 1656. 60 p.
Aix Arbaud, Rés. 811. LA 645.

LOU / JARDIN / DEYS MUSOS / Prouvençalos, / Ov / Recveil de Plusieurs / Pessos en vers Prouençaus. / Recuillidos deys / Obros deys plus doctes Poëtos / d’aquest pays.
M.DC.LXV. [Des bois gravés figurent en tête de plusieurs textes]
Paris Arsenal Rf 79807 ; Toulouse BM Rés. D XVII 297 ; Rés. D XVII 298 ; BL Albi Res. Roch. 92437 ; BU Aix-Marseille 1. BU Lettres ; Londres BL 1064.a.31 (1) ; 240.a.32 . LM 120.
Contient :
[1] COMEDIE / à sept Pe[r]sonnagis. [3-84]
[2] COCQVALANI /Ou discours à baston romput. [85-96]
[3] LEIS AMOVRS / dou Bergié Florizeo, & / de la Bergiero Olliuo. [97-104]
[4] LOV CREBO-COVER / d’un Payzan su la moüert / de soun AY. [107-122]
[5]
L’EMBARQVAMENT, / leis conquestos & l’huroux viagi / de Caramantran. [123-169]
[6] COMEDIE / DE L’INTEREZ, / Ou de la Ressemblanço. A huech Persounagis. [171-318]
[7] La Farço / de IVAN DOV GRAV, / à sieis Persounagis.
OV L’Assemblado dei Paures mandians de Marseillo, per empacha de bastir la Charité. [319-386]
[L’exemplaire conservé à Toulouse sous la cote BM Rés. D XVII 297 (accessible sur le site de la BMT et sur Gallica) comporte en fin de volume une table manuscrite – rédigée en occitan languedocien – qui semble avoir eu pour ambition de compléter cet exemplaire comme s’il était manquant de plusieurs pièces, de Claude Brueys sans doute]

LOU / JARDIN / DEYS MUSOS / Prouvençalos, / OU / Recueil de plusieurs pessos / en vers Prouvençaus. / Chausidos dins leys obros deys / plus doctes Poëtos d’aques / Païs de Prouvenço./ Aumentat de Prouverbis, Sentencis / Similitudos, & mouts per rire. /
M. DC. LXVI. / Voües-tu faire figu’à la moüer, / Liege aques libre & t’en ris foüer. [Bois gravés en tête de plusieurs textes, souvent identiques à ceux figurant dans l’impression de 1665] Aix, Méjanes, Rés. S 12 ; Aix, Méjanes Rés. S 11 ; Avignon, Ceccano, 8°25231. LM 416.

[1] LEIS STATUTS / de Seng Peyre. / Que tous leis Confraires devon gardar & / observar selon sa formo & tenour. [3-22]
[2] COMPLEINTO / De quauques Confraires de Seng / Peire, dediado per un d’aquel- / lo troupo au Priou de la lu- / menari. [23-26]
[3] LOU / CREBO-COUER / D’ UN PAYSAN / sur la moüert de son Ay [27-42]
[4] Suito deis regrets dou Paysan / sur la survivenço de sa Mouiller à son Ay [42-47]
[4] LA SOUFFRANSO / & la miseri des Fourças que / son en Galero. [47-57]
[5] L’EMBARQUAMENT / leis conquestos & l’hurous viagi / de Caramantran. [58-82]
[6] COCQUALANI, / Ou discours à baston romput. [83-93]
[7] LEIS AMOURS DOU / Bergié Florizeo, & de la / Bergiero Ollivo. [94-101]
[8] La Farço / DE IUAN DOV GRAU, / à sieis Persounagis. / OV L’Assemblado dei Paures mandians de / Marseillo, per empacha de bastir / la Charité. [102-167]
[9] COMEDIE / à sept Personnagis. [168-247]
[10] Entretien Amoureux, / fait par un Gentilhom- / me François à une / Damoiselle Proven- / çale, peu versée en dis- / cours. [249-255]
[11] Continuation du méme / entretien le soir / suivant. [256-259]
[12] CANSON / DE LA MAU / MARIDADO. [260-262]
[13] LEY / PROUVERBIS / Prouvençaus. [263-372]
[14] LA SOLITUDO / MELANCOLIQUO / DE M. FORGEON. [373-385]
[Certains exemplaires de ce volume sont incomplets – les pages 59 à 100 manquent dans l’exemplaire Rés. S 11 de la Méjanes – comme si trois textes carnavalesques très représentatifs en avaient été dissociés ; il faudrait en fait, pour ce volume et celui de 1665, procéder à une description détaillée des exemplaires conservés pour se faire une idée des manques, des ajouts, etc.]

Haut de page

Notes

1 « Choisies parmi » précise le sous-titre du second de ces recueils.

2 Il y aurait bien sûr beaucoup à dire sur cette notion, comme sur celle de recueil, etc. On en restera au sens un peu particulier qu’elle peut revêtir dans le contexte de l’écriture « provençale » au xviie siècle, ici élargie, on va le voir, à la rive droite du Rhône, jusqu’au Languedoc montpelliérain. Notons que les enquêtes consacrées à l’activité anthologique en domaine occitan (voir notamment François Pic, « La démarche anthologique dans le processus de constitution de la Littérature occitane », in Barbara Czernilofsky, Bàrbara Roviró, Peter Cichon, Ulrich Hoinkes, Robert Tanzmeister (éds), El discurs sociolingüístic actual català i occità, Wien, Praesens, 2007, p. 28-80) n’intègrent pas les ouvrages qui nous intéressent dans la rubrique des anthologies : « Du xvie au xviie siècle, aucun recueil, florilège ou bibliothèque − semblables à ceux qui, sous ces incipits, existent pour la même période pour la littérature française − n’a été consacré spécifiquement à la littérature d’Oc », écrit François Pic (p. 32). Je me permets amicalement de remettre quelque peu en question une telle affirmation.

3 En français, on peut citer, à la même époque, le Jardin des Muses où se voyent les fleurs de plusieurs agréables poësies recueillies de divers autheurs tant anciens que modernes. Le tout reveu, corrigé et augmenté en cette seconde édition, publié à Paris par Antoine de Sommaville en 1648 (BnF, Ye-11492).

4 Gaspard. Zerbin, La perlo dey musos et coumedies prouvensalos, éd. Florian Vernet, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2006.

5 Il s’agit en particulier de ceux répertoriés en annexe comme [3] et [10], mais rien ne permet dans l’état actuel des connaissances d’affirmer à coup sûr qu’il s’agirait là de reprises.

6 Louis Bellaud de La Bellaudière, Obros et Rimos (Sonnets et autres rimes de la prison), éd. Sylvan Chabaud, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2011.

7 Philippe Gardy, « Bellaud en son temps. À propos des pièces liminaires du Don-Don infernal (1583-1602) », Tenso, Bulletin of the Société Guilhem IX, 29, 1-2, Spring-Fall 2014, 50-68.

8 V. Roland Costa, « Claude Brueys. Éléments d’une recherche biographique », Prouvènço 2000, 5, 1988, p. 8-19, ici p. 12 et sur le même auteur Emmanuel Desiles, Claude Brueys, Chansons provençales, Texte préfacé, établi, traduit et suivi d’une étude « Le libertinage des chansons de Claude Brueys », Maillane, Lou Prouvençau à l’Escolo, 2005.

9 Voir Xavier Lavagne, « Note bibliographique sur les œuvres de Claude Brueys éditées de son vivant », Prouvènço 2000, 5, 1988, p. 30-32.

10 Cette pièce liminaire, tout comme la dédicace au marquis d’Oraison qui la précède, est absente de l’exemplaire de la Bibliothèque de Toulouse dont la numérisation est accessible sur le site Gallica de la BnF. Je la cite à partir de la réédition d’Anselme Mortreuil (Marseille, 1843 ; Slatkine reprints, Genève, 1971).

11 V. Xavier Lavagne, Répertoire bibliographique des livres imprimés en France au xviie siècle. XIX. Provence 1. Aix-en-Provence, Arles, Embrun, Marseille, Senez, Sisteron, Toulon, Baden Baden & Bouxwiller, Valentin Koerner, 1996 ; et Florian Vernet, « Una antologia borlesca : lo Coucho-lagno de l’editor sestian Jean Roize, 1654 », Tèxtes occitans, 3, 1998, p. 14-39.

12 Ce texte manuscrit de la première moitié du xvie siècle n’a connu l’impression qu’au xxe, après plusieurs péripéties qui ont notablement retardé sa publication : Honorat de Valbelle, Histoire journalière d’Honorat de Valbelle (1498-1539). Journal d’un bourgeois de Marseille au temps de Louis XII et de François 1er. Texte établi et annoté par V[ictor] L[ouis] Bourrilly. Traduction française et révision par Lucien Gaillard et Charles Rostaing, Aix-en-Provence, Service des Publications de l’Université de Provence, 1985, deux vol. Connu par un manuscrit autographe et plusieurs copies, il a souvent été utilisé, dès le xviie siècle, par les chroniqueurs et historiens de la Provence. Les éditeurs des deux volumes publiés en 1985 ne font pas mention de l’impression aixoise, par Jean Roize, de cette « généalogie », qui ne comporte aucune préface ni autre texte susceptible de préciser les circonstances dans lesquelles elle a pu être imprimée. On en retrouve la matière dans un ouvrage paru en 1730, la Généalogie de la maison de Valbelle, du R. P. Gabriel Léotard, qui serait, comme l’a montré Bourrilly, « un tissus d’inexactitudes et de mensonges » (I, XVIII), la plupart des faits alors mentionnés ayant été fabriqués de toutes pièces afin « d’attester l’antique noblesse des Valbelle et de donner à Honorat une attitude avantageuse ». Ainsi, dès 1649, Roize aurait contribué à alimenter la légende dorée d’Honorat et de ses descendants en publiant, dans la même langue que son Histori jornaliero, un texte sans doute rédigé après la mort du diariste (que l’on date du mois d’août 1539) et non en 1515, date qui figure en belle place, au centre d’un rectangle aux côtés formant une frise, comme un gage d’authenticité, à la fin de l’imprimé aixois (p. 35). On peut supposer que Roize trouvait dans la publication de ce texte une occasion d’allier son intérêt pour le provençal à la diffusion d’un ouvrage enracinant cette langue dans un passé (faussement) prestigieux.

13 Contrairement à ce que l’on a pu supposer (Bory par exemple), Roize fait le choix du provençal dès ses premières impressions aixoises : comme l’a fait remarquer Jean Eygun (Au risque de Babel. Le texte religieux occitan de 1600 à 1850, Bordeaux, Association d’étude du texte occitan, 2001, p. 131), c’est à partir de 1630 qu’il emploie et imprime cette langue dans ses propres Quarantaines, évoquant la peste ayant alors sévi à Aix.

14 Bellaud parle de sa muse « en habit de pauretat » (en habit de pauvreté), et encore de sa « muso de bureou » (muse de bure), qu’il oppose au « savoir » de contemporains ou de proches écrivant en français (Malherbe, César de Nostredame). On retrouve ces formules en 1656 et 1673 dans la dédicace au duc de Lesdiguières placée en tête de la Paraphraso de Jean Sicard : « S’eri may que non siou fariou miès que non fau, / Et s’eri mens groussié n’escririou pas tant mau : / Touteyfes (Monsegnour) Muzo fa la fiero […] / Et quand fueilletarés aquesto santo pesso / Veyrès dins lou patoy que ten lou Prouvençau / Que son jargon groussier va plus luench que non sçau ; / Son discours familier expliquo l’Escrituro, / Son pinceou senço fard nous moüestro sa doussour »… (Si j’étais plus grand que je ne suis, je ferais mieux que je ne fais, / et si j’étais moins grossier, je n’écrirais pas si mal ; / cependant, /Monseigneur, ma Muse fait la fière / […] Et quand vous feuilletterez cette sainte pièce, / vous verrez dans le patois qui est celui des Provençaux / que son jargon grossier va plus loin qu’il ne sait ; / son discours familier explique l’Écriture, / son pinceau sans fard nous montre sa douceur…). Je cite d’après l’édition de 1673, la seule qu’il m’a été possible de consulter, et qui semble reproduire à l’identique la précédente.

15 Pour en fournir de mémoire à chacun.

16 Soit pour me satisfaire, soit pour faire valoir mon métier.

17 Dans sa dédicace à Brancas, il avoue « que n’entendé lou prouvençau que per habitudo », qu’il n’entend le provençal que par habitude, et que son mérite réside seulement dans « la péno de la couleccien », dans la peine qu’il a prise à rassembler ces proverbes. Le premier des trois quatrains liminaires du Coucho-lagno, adressé au « collecteur de ces vers » (« l’acampayre d’aquestey vers »), précise : « Car ben que non sié pas naturau dou païs, / Auren au mens de vers en Prouvençau per riré » (Car bien qu’il ne soit pas originaire de ce pays, / au moins aurons-nous des vers en provençal pour rire).

18 Chercheront à redire quant à l’orthographe provençale, mal observée sur certains points.

19 Une autre édition augmentée que je préparerai, tandis que celle-ci sera en vente, te donnera davantage de satisfaction.

20 Alors que nous nous approchons du carnaval.

21 La nouvelle impression de la Bugado, annoncée en 1649, a-t-elle vu le jour ? Il semble que non, sauf à considérer la reprise de cet ouvrage, sans aucun élément de localisation dans le temps et dans l’espace, comme la réalisation de cette annonce. Ce qui paraît peu probable.

22 L’édition procurée par Florian Vernet (op. cit.) de l’une d’entre elles (Leys hounours / de Couguëlon Bagnié dou Poüent-rout, et de Tranliasso la Bugadiero) met bien en évidence le contexte aixois de ces pièces. De la même façon, le Coqualani situé à l’avant-dernière place du recueil fait incontestablement écho aux pièces d’inspiration similaire publiées par Brueys dans son propre Jardin. V. aussi Florian Vernet, Petit lexique du provençal à l’époque baroque, Nice, Institut d’études niçoises et Centre d’études occitanes de l’Université, s.d.

23 S’adressant a son « Amic letour », Roize débute ainsi son propos : « Daumens que ley bueyros Semestralos carcagnavon lou mondé, é qu’en aqueou tens lou Palay semblavo un ferougé devens, que fazié istar au croc lou negoci d’Ays ; you (per non tombar en thisis, may pûleou per m’entretenir dins l’essé gaillardet ; é per communicar a cadun, à fin inca e l’y couchar ley lagnos… » (« Tandis que les troubles du Semestre causaient du tracas aux gens, et qu’en ce temps le Palais ressemblait à un affreux défens qui contraignait le commerce aixois à rester en suspens, j’ai quant à moi, pour ne pas succomber à la consomption, mais pour plutôt faire en sorte de rester en bonne santé et communiquer à chacun le moyen de chasser loin de lui les soucis » …). Les troubles du Semestre, du nom du parlement semestre (destiné à se réunir six mois sur douze) imposé en octobre 1647 par Mazarin, secouèrent violemment la ville et la Provence jusqu’en 1653, quand le nouveau gouverneur, le duc de Mercœur, fit son entrée à Aix après avoir pacifié le pays.

24 « Guérir les mélancoliques, essuyer les larmes des Héraclitéens » ; « conjurer les mélancolies qui pourraient t’envoyer dans le royaume des taupes ». Le caractère mélancolique d’Héraclite fait partie des attributs traditionnellement assignés, dès l’Antiquité, à ce penseur présocratique.

25 Qui te purgeront d’autant plus [que tu te les administreras à haute dose] des tristes humeurs que tu pourrais de temps en temps subir. Telle est la conclusion de l’avis au lecteur du Coucho-lagno.

26 Un parfait lettré, principalement versé dans la poésie et les rimes provençales.

27 Recouvrer ces pièces, que ne sont qu’une partie de l’œuvre de leur auteur.

28 L’atelier des David, comme auparavant celui de Tholosan, imprime lui aussi du provençal. Les œuvres de Claude Brueys sortent de chez eux. Mais l’examen de leur importante production ne permet pas de distinguer une volonté particulière à cet égard. Il s’agit plutôt de quelques occurrences isolées. Aux David, Roize emboîte en quelque sorte le pas, avec la publication, dès le début de sa période d’activité, d’ouvrages tels que les Éthiques de Dionysius Caton (1626), deux volumes d’Honoré Bouche (en 1626 et 1644 ; mais c’est Charles David qui imprima sa monumentale Chorographie ou description de Provence en 1664), et, encore, de façon plus significative, mais seulement en 1654 et 1655, l’Histoire des comtes de Provence d’Antoine de Ruffi.

29 L’un des pièces liminaires, en français, de ce recueil inaugural est assez explicite à cet égard, fût-ce par antiphrase : « Le zelle filial & non le mercenaire / M’a donné l’affection de tracer ce recit » (L’Antiquité du Triomphe de Béziers du jour de l’Ascension. Contenant les plus rares histoires qui ont esté representées au susdit jour ses dernieres Années, Béziers, Jean Martel, 1628, 22). La similitude de comportement à l’égard de la « langue du pays » de Jean Martel et de Jean Roize a été suggérée par Jean Eygun dans sa thèse de 1999 sur le texte religieux en occitan (voir Jean Eygun, op. cit., 130-131).

30 On attribue l’impression des deux ouvrages à l’atelier marseillais de Claude Garcin, et leur compilation à un ancien consul de la ville, François de Bègue. Les arguments sur ce sujet ont été réunis et confortés dans Bory 1858, qui n’apporte cependant aucun élément de preuve tangible à ce sujet et semble reconduire telles quelles les diverses assertions déjà présentes dans le dictionnaire d’Achard (Dictionnaire de la Provence et du Comté-Venaissin, Marseille, Jean Mossy, 1787). J’ai proposé une étude, aujourd’hui à revoir et à compléter, du contenu des deux Jardins marseillais (Philippe Gardy, L’écriture occitane aux xvie, xviie et xviiie siècles : origine et développement d’un théâtre occitan à Aix-en-Provence. L’œuvre de Jean de Cabanes, Béziers, Centre international de documentation occitane, 1985, t. I, p. 207-291).

31 On consultera à propos de cet écrivain, né à Montpellier en 1583 et mort dans cette même ville en 1642, la thèse de Benoît Vieu, Isaac Despuech, Les Folies du sieur Le Sage (1636), édition critique, Montpellier, Université Paul Valéry, décembre 2007.

32 Le texte [4] de 1666, qui constitue un prolongement de la pièce [4] de 1665 est lui une innovation.

33 Jacques Thomas Bory, Les Origines de l’imprimerie à Marseille. Recherches historiques et bibliographiques, Marseille, Victor Boy, 1858. Voir à propos de ce texte et de son attribution Ph. Gardy, op. cit., p. 238-255. Le père Joseph Bougerel, né à Aix en 1680, serait décédé à Paris en 1753. Les informations dont il fait état dans son Parnasse provençal, véritable esquisse d’une historiographie de la littérature en occitan de Provence, sont souvent sujettes à caution.

34 V. Ph. Gardy, op. cit., p. 288.

35 Pour l’interprétation de La souffranso e la miseri des Fourças, on lira Jean Eygun, « Une littérature occitane de la gueuserie à Marseille au xviie siècle », Revue des Langues Romanes, CV/2, 2001, p. 263-283, qui conteste aussi bien Ph. Gardy, op. cit., que André Zysberg et Mireille Florent, « La souffranso et la miseri des fourças que son en galero. Poème provençal du xviie siècle », édition, traduction, introduction (« À propos de l’autobiographie en vers provençaux d’un galérien du xviie siècle ») et notes explicatives, Prouvenço 2000, 6, 1988, p. 12-35. V. aussi Jean-François Courouau, Moun lengatge bèl. Les choix linguistiques minoritaires en France (1490-1660), Genève, Droz, 2008, p. 292-294.

36 J’ai proposé d’y voir (Ph. Gardy, op. cit.) une sorte de jeu de langues pouvant servir d’arrière-plan au choix du provençal pour ces deux Jardins, en tout cas dans l’esprit de leurs promoteurs, qui, après tout, en sont peut-être aussi les auteurs.

37 Voir Philippe Blanchet et Roger Gensollen, Vivre en pays toulonnais au xviie siècle : Textes provençaux de Pierre Chabert, de La Valette, Marseille, Éditions Autres Temps, 1997, p. 224-225 et 246-247. Les éditeurs de Chabert le font naître « entre 1610 et 1630 », estiment qu’il « a écrit entre 1650 et 1690 » et situent sa mort « vers 1700-1720 » (p. 14). On peut penser que son cousin Forjon / Forgeon vécut à peu près à cette même période. Leurs œuvres sont pour l’essentiel réunies dans un même manuscrit (Bibliothèque municipale de Toulon) qui « pourrait être de la main de Chabert (ou de Forjon) » (p. 71) et dont l’intitulé est : Recueil de diversos pessos en vers prouvençaux fachs per Forjon et Chabert de La Valetto. Le père Bougerel, à la fin du xviiie siècle, disait de Forgeon (« l’Ovide provençal ») dans son Parnasse provençal qu’« il ne parloit qu’en vers ». Il insiste par ailleurs sur sa grande réputation comme poète.

38 Blanchet et Gensollen, op. cit., 198-199.

39 Convient-il de faire entrer la Generatien de Valbella dans cet ensemble ? Qu’il se soit agi, sans aucun doute, d’un « faux » (notion périlleuse à manipuler), joint au fait que ce texte est en prose (une forme d’écriture peu répandue en provençal que Roize, quasiment seul à son époque, se plaisait à cultiver, à côté de la versification), tout cela peut se rejoindre, et désigner, au-delà, une catégorie de lecteurs attentifs à cette sorte d’écrits, et, pour cette raison même, susceptibles de s’en délecter. Un tel lectorat pouvait-il soupçonner le caractère fabriqué de cette généalogie, alors même qu’elle était destinée à créer une vérité ? Il semble difficile de l’affirmer. Notons cependant que la propension de l’auteur anonyme, dès les premières lignes, à insister sur le thème qui sous-tend toute cette entreprise, pouvait apparaître comme un aveu a contrario : « La Noblesso non es altro cavo, como dis Cicero, que cognita virtus, & la meilhor espeço es aquello donté l’on conhoit despuis fosso tems & d’entecessor en entecessor la virtut provighade embé lou sang »… (La noblesse n’est pas autre chose, comme le dit Cicéron, que cognita virtus, et la meilleure espèce en est celle que l’on connaît depuis très longtemps, et dont, de génération en génération, la qualité a été transmise par les liens du sang…).

40 À qui l’on attribua plus tard, avec ténacité, Lou Crebo-couer d’un Paysan. Toutes ces attributions proviennent de Bougerel (v. Camille Chabaneau, Le Parnasse provençal [du père Bougerel], publié d’après le manuscrit d’Aix, avec notes et additions, Paris, Maisonneuve, 1888 [Extrait de la Revue des langues romanes, 1886-1888]).

41 La souffranso & la miseri des Fourças s’achève sur l’affirmation explicite de la nature (ou en tout cas de la référence) carnavalesque de ce texte.

42 Pour les années 1649 et 1654. Ces deux recueils n’ayant été conservés qu’à raison d’un exemplaire chacun (l’un à la bibliothèque Méjanes d’Aix, l’autre au musée Paul Arbaud), on est en droit de croire, à la suite de Jean Eygun, que Roize avait peut-être imprimé d’autres recueils similaires pour d’autres années à l’occasion des célébrations de la Nativité, et que ceux-ci ont été perdus.

43 Cette production fait l’objet d’une contribution à paraître de François Pic (« Critères et données bibliographiques pour la constitution d’un corpus d’imprimés de “colportage”/“de grande diffusion” en occitan (17e-19e siècles) ». Voir aussi Jean-François Courouau, op. cit., 294-297.

44 Resterait à savoir si ces éditions isolées procèdent des recueils marseillais, ou si elles ont émané d’autres sources. Seule une comparaison des textes aiderait – peut-être – à répondre à cette question.

45 Tel est le cas des textes signés « Murayre » (Marseille, 1658 et 1666) et de celui, anonyme et dépourvu de mentions de localisation (« le matériel employé fait vraisemblablement partie de celui de Claude Garcin », Lavagne 1996, 301), relatant l’arrivée à Marseille du cardinal Chigi, légat du pape, en 1664 (voir André Bourde (ed.), Relation fidello et veritablo de l’intrado, sejour e partensso de Monsegnour l’Eminentissimo Cardinau Chigi, Nebout et Legat de Sa Santetat en Franço, à Marseillo lou 14 May 1664, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1988), et dont Xavier Lavagne pense que Claude Garcin a été l’imprimeur. Le seul ouvrage en provençal d’importance par son volume (plus de 600 pages) sorti des presses de Claude Garcin par la suite est, en 1688, les Instructions moralos du religieux minime Joseph Allègre, « un outil majeur au service de la prédication occitane en Provence » (Jean Eygun, op. cit., p. 155).

46 Lou Crebo-couer et sa Suito étant attribués à Louis Briançon de Reynier, dont Achard, suivant Bougerel, écrit qu’il était avocat, originaire d’Aix, où il serait né en 1595, et mort à Marseille en 1670. Selon Achard toujours, la pièce n° 6 du recueil de 1665 serait, elle, rappelons-le, l’œuvre de Charles Féau, un Marseillais, oratorien et enseignant au collège de la ville, qui aurait laissé « un volume in-12 de comédies provençales imitées de Plaute et représentées au collège mais aussi dans les maisons de campagne autour de la ville ».

47 Dans laquelle, entre autres choses, est établie de façon précise et argumentée l’authentique provenance hollandaise de ces deux volumes.

48 François Pic, « Échos européens de la littérature occitane au xviiie siècle : le Recueil de poètes gascons édité en 1700 à Amsterdam », in Ricardo Cierbide (ed.), Actes du IVe Congrès international de l’Association internationale d’études occitanes, Vitoria-Gasteiz, Université du Pays Basque, 1994, t. II, p. 581-605.

49 Mais on est souvent infidèle à la copie utilisée, sans aucun doute par incompétence linguistique.

50 Pain utilise, comme l’a établi François Pic, une édition toulousaine de Goudouli de 1693-1694 ; une édition montpelliéraine de Despuech, celle datée de 1636 (et non celle de 1650), soit Louis Desgraves, Répertoire bibliographique des livres imprimés en France au xviie siècle. IX. Agde […] Montpellier […], Baden Baden & Bouxwiller, Valentin Koerner, 1983, n° 212, p. 107, plutôt que le n° 281 p. 117 ; et une impression nîmoise non datée du poème de Jean Michel (enregistrée dans le Répertoire de Louis Desgraves sous le numéro 119, p. 221 ; la première impression connue, de 1657, figure chez Desgraves au numéro 79, p. 215, sans localisation ; en fait BnF YE 12534). On ajoutera qu’à la fin du second volume apparaît une ultime pièce de 54 vers, L’amourous transit, venue de Pierre Borel par Pellisson-Fontanier.

51 François Pic, op. cit., p. 589.

52 On peut supposer, avec d’assez bonnes raisons, l’existence d’une impression antérieure de quelques années, dont aucun exemplaire n’est connu.

53 François Pic ne tranche pas, relevant simplement que la répartition des exemplaires connus de cette impression montre qu’ils ont essentiellement circulé entre des mains « méridionales ».

54 Les conditions de ce retour en pays d’oc de l’œuvre de Despuech ont été décrites et analysées par François Pic, op. cit., 599-600.

55 Jean-François Deydé (1700-1778), marquis de Grémian, membre d’une très influente famille montpelliéraine. Cela pourrait être considéré comme révélateur du lectorat de Despuech en son lieu un siècle après sa disparition : des nobles attachés à leur terre et collectionneurs de ce qui est déjà vu comme des raretés bibliophiliques.

56 Voir Guy Barral, Abbé Jean-Baptiste Fabre. Correspondance et autres documents inédits publiés pour faire suite à l’édition donnée par Marcel Barral en 1960, Montpellier, Entente Bibliophile, 2001, p. 63 et 197.

57 Voir à ce sujet Philippe Gardy, « Langue d’oc (patois, gascon, provençal, languedocien, langue vulgaire, moundi, etc) », in Philippe Gardy (dir.), Dictionnaire des usages socio-politiques (1770-1815), V, Langues, occitan, usages, Paris, Klincksieck (coll. « Saint-Cloud »), 1990, p. 117-158 et « Émergence, diffusion et contestation du mot « patois » en Bas Languedoc (xviie et xviiie siècles) », Lengas revue de sociolinguistique, 55, 2004, p. 117-138, et la synthèse de Jean-François Courouau « L’invention du patois ou la progressive émergence d’un marqueur sociolinguistique français, xiiie-xviie siècles », Revue de linguistique romane, 273-274, 2005, p. 185-225.

58 J’adresse tous mes remerciements aux personnes et aux institutions qui m’ont permis de mener à son terme (provisoire) cette enquête : Jean Eygun ; la bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence (Philippe Ferrand) ; la bibliothèque Mazarine ; la bibliothèque de la ville de Marseille.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Gardy, « Distinction linguistique et stratégies éditoriales ? », Littératures, 72 | 2015, 229-254.

Référence électronique

Philippe Gardy, « Distinction linguistique et stratégies éditoriales ? », Littératures [En ligne], 72 | 2015, mis en ligne le 07 décembre 2015, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://litteratures.revues.org/398 ; DOI : 10.4000/litteratures.398

Haut de page

Auteur

Philippe Gardy

Philippe Gardy, directeur de recherche émérite au CNRS, a consacré de très nombreuses publications à la littérature occitane moderne et contemporaine, depuis sa thèse sur la création théâtrale de Jean de Cabanes (début du xviiie siècle) dont il a récemment édité plusieurs œuvres (Toulouse, Letras d’òc). Un volume de Mélanges vient de lui être offert (Amb un fil d’amistat, Toulouse, CELO, 2014).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Littératures est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • Revues.org