Navigation – Plan du site
Deuxième dossier : Stratégies éditoriales et littérature de grande diffusion (XVIe-XVIIe siècles)

Les antécédents lyonnais de la Bibliothèque bleue au xvie siècle : la constitution d’un romanesque pour le grand public

Pascale Mounier
p. 191-216

Résumé

La Bibliothèque bleue n’a pas vu le jour ex nihilo. Les historiens du livre et des mentalités signalent que les éditeurs ont puisé dans les publications du xvie siècle pour constituer les œuvres destinées à une lecture - plutôt qu’à un lectorat - de type populaire. Cela vaut la peine que l’on s’interroge sur l’antériorité éventuelle d’une production de vaste diffusion à Lyon au xvie siècle. Différents indices tendent en effet à faire penser que Lyon a plus contribué que la capitale à préparer la production troyenne dans le domaine romanesque. Quand ils préparent les récits, spécialement de type chevaleresque, pour un public de moins en moins initié, les Chaussard, Nourry, Arnoullet et autres Rigaud sont-ils déjà en train d’adopter les stratégies de collection des Oudot ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dans La Bibliothèque bleue au dix-huitième siècle : une tradition éditoriale, Oxford, The Voltaire (...)
  • 2 Sur l’origine savante des formes proposées au public, voir R. Chartier, « Les livres bleus », in Le (...)
  • 3 Le réseau de diffusion des livres bleus est le Bassin parisien - par les relations qu’entretiennent (...)
  • 4 Environ 400, selon L. Andries dans La Bibliothèque bleue au dix-huitième siècle…, op. cit., p. 33.

1La Bibliothèque bleue a une place de choix dans l’histoire de la littérature populaire. Il s’agit de la première production imprimée conçue pour un large public et effectivement lu par lui entre 1600 et 1850 environ1. Un nombre incalculable de brochures, d’aspect fragile et éventuellement de couverture bleue, a été vendu à partir du début du xviie siècle, quand des imprimeurs comme Nicolas I et Nicolas II Oudot de Troyes ont eu l’idée de génie de diffuser à très bas prix des textes originellement destinés à des lettrés2. L’entreprise a été relayée par des imprimeurs d’autres villes, en particulier de Rouen, de Caen et de Limoges, ce qui en fait une vaste opération provinciale3. D’un point de vue global, la constitution de la Bibliothèque bleue engage des procédures et répond à des objectifs convergents, qui lui donne des traits caractéristiques : livres de mauvaise qualité, textes au contenu simplifié et panel limité de titres4.

  • 5 L. Andries, ibid., p. 131.
  • 6 R. Mandrou, dans De la Culture populaire aux xviie et xviiie siècles. La Bibliothèque bleue de Troy (...)
  • 7 Pierre Dehaye publie ainsi la Vie de Marie Magdaleine en 1605, Pierre I Rigaud La Conqueste de Char (...)
  • 8 Après Venise et Paris. L’imprimerie connaît un essor important entre 1473 et 1560 à Lyon par l’exis (...)
  • 9 La proportion passe de 38 à 14 % de l’ensemble des livres bleus au cours des deux siècles et demi d (...)

2Or l’entreprise, toute novatrice qu’elle soit, n’a pas vu le jour ex nihilo. Les historiens du livre et des mentalités signalent ainsi que les ouvriers de l’imprimerie à la solde des libraires, typographes « à la culture lacunaire »5, ont puisé dans les publications du xvie siècle dont les ateliers gardaient la trace pour constituer les œuvres destinées au grand public. Les éditeurs parisiens et lyonnais seraient selon eux les principaux pourvoyeurs de textes des Oudot ou de la veuve Costé de Rouen6. L’affirmation que l’une et l’autre villes sont concernées au même titre est à vérifier, d’autant que l’on repère des livres publiés à Lyon sous forme bon marché à l’aube du Grand Siècle7. Plusieurs autres éléments tendent à nous faire penser que Lyon a plus contribué que la capitale à préparer la production troyenne : d’abord le fait que tout en étant la seconde ville du royaume et le troisième centre européen en matière de presses8, la cité entre Rhône et Saône a tôt imprimé des textes en langue vernaculaire - plus que Paris, Rouen, Toulouse, Poitiers ou Bordeaux - ; ensuite le fait qu’à côté des textes religieux, des grandes compilations de droit romain et des œuvres poétiques, des imprimeurs y ont mis sur le marché bon nombre de romans, spécialement des romans de chevalerie. Au regard de la quantité des publications de la Bibliothèque bleue - toutes en français -, il apparaît justement que dans le domaine des belles-lettres, qui correspond à 45 ou 50 % des imprimés, les récits de ce type précèdent largement les manuels d’éloquence, les facéties, les pièces de théâtre et les œuvres burlesques9. Cela vaut donc la peine que l’on s’interroge sur l’antériorité éventuelle d’une production de vaste diffusion à Lyon au xvie siècle.

  • 10 Le terrain est déjà largement balisé par les travaux d’histoire des mentalités et d’histoire de la (...)

3La question se pose plus en termes bibliographiques qu’historiques. Il n’est pas tant nécessaire de présenter les principes de publication des livres champenois et la réception qu’on leur suppose en les offrant au public10 que de lever un peu le voile épais de leurs origines. Si l’imprimerie lyonnaise a pu léguer autre chose que des récits chevaleresques à la collection, comme des vies de saints, des opuscules pédagogiques ou des almanachs, nous choisissons ici de nous concentrer sur le domaine des récits de fiction. Quelles sont donc les œuvres retenues parmi les textes narratifs publiés à Lyon à la Renaissance ? Ce choix peut-il s’expliquer par l’intense activité des presses et l’évolution du marché des imprimés romanesques ? En quoi les éditeurs lyonnais préparent-ils de plus en plus nettement au cours du siècle les romans aussi bien pour des habitués du livre que pour des lecteurs moins initiés aux histoires de paladins ? En tentant de répondre à ces questions nous verrons si les Chaussard, Arnoullet, Nourry et autres Rigaud sont déjà en train d’adopter les stratégies de collection des Oudot.

Le fonds éditorial commun aux imprimeurs lyonnais et troyens

  • 11 Les résultats ont un caractère approximatif. L. Andries (1989) et L. Andries et G Bollème (2003) ne (...)

4Voyons les romans publiés de part et d’autre de l’an 1600. L’Annexe 1 propose un inventaire établi à partir de différents répertoires (voir Bibliographies consultées)11. L’annexe 2 recense les œuvres non romanesques communes aux deux fonds. Vu la disproportion quantitative des deux listes et la nature des œuvres recensées, un constat s’impose : la majorité des récits est constituée par des romans chevaleresques, donc par le socle de la production narrative de la collection.

  • 12 Sur le contenu du catalogue élaboré par N. I puis par N. II Oudot, voir R. Chartier, « Stratégies é (...)
  • 13 On retrouve ceux qu’énumère L. Andries dans La Bibliothèque bleue au dix-huitième siècle…, op. cit.(...)
  • 14 Si deux romanzi, à savoir Morgant le Geant et Guerin Mesquin, sont toutefois repris par la dynastie (...)
  • 15 Selon R. Cooper, dans « ‘Nostre histoire renouvelée’ : the Reception of the Romances of Chivalry in (...)

5Il apparaît que tous les romans bleus existant avant le début du xviie siècle ont connu au moins une édition lyonnaise (voir Annexe 1), sauf Richard sans peur et la deuxième partie d’Huon de Bordeaux, qui paraît pour la première fois sous forme séparée en 1694. Les quelque 35 titres de la Bibliothèque bleue se répartissent en trois catégories : de gros succès, avec de 10 à 22 éditions - Jean de Paris, Pierre de Provence, Richard sans peur, Les quatre fils Aymon, Huon de Bordeaux, La Belle Heleine de Constantinople, La conqueste du Grand Charlemagne, Robert le Diable et Melusine - ; des volumes au succès moins marqué mais se maintenant durant toute la période, avec de 4 à 9 éditions - comme Valentin et Orson, Gallien Restauré et Morgant le Géant - ; et des œuvres à faible tirage et vite abandonnées - 3 titres avec 3 éditions, 7 avec 2 et 9 avec une seule. Seules les deux premières catégories ont demeuré après les soixante-dix années de constitution du répertoire - une quinzaine d’œuvres12 - dans lequel ont puisé pendant deux siècles les éditeurs troyens sans y ajouter de nouveaux romans médiévaux. Il s’agit pour l’essentiel de textes anciens, que ce soient des chansons de geste dérimées au xive et au xve siècle, comme La conqueste de Charlemaigne dite aussi Fierabras et, retraçant la geste de Renaud de Montauban, Les quatre filz Aymon, Maugis d’Aygremont et Ogier le Dannoys, des romans d’aventures variés, tels Huon de Bordeaulx, Melusine, Robert le Dyable et Paris et Vienne, ou des romans de matière antique, à savoir Alexandre le grand, Hercules et Hector. Certains critères ayant présidé au choix des éditeurs troyens apparaissent13 : une préférence pour la veine guerrière par rapport à la veine amoureuse, même si Pierre de Provence et Melusine, qui relatent un amour contrarié, ainsi que deux romans arthuriens - le Chevalier doré, extrait de Perceforest et Artus de Bretaigne - font exception ; un intérêt pour les faits d’armes inscrits dans le contexte des croisades, en relation avec la construction d’une conscience historique ; un goût pour l’aventure individuelle et solitaire et pour les valeurs de la bravoure et de la générosité ; un sentiment précoce de désuétude de la mythologie gréco-romaine. Ces publications relèvent de ce que les hommes de la Renaissance appellent les « vieux romans », par opposition aux « nouveaux romans » constitués par les traductions de romans écrits à la fin du xve et au début du xvie siècle en Espagne - la série des Amadis de Gaule et des Palmerin d’Olive - et en Italie - les romanzi épico-comiques de Pulci, de Boiardo et de L’Arioste14. Un pan de la production chevaleresque de la Renaissance a donc été laissé de côté, y compris parmi les récits médiévaux, nous le verrons15.

  • 16 Nous pensons aux traductions du Peregrino de Caviceo, de la Fiammeta de Boccace, des Éthiopiques d’ (...)
  • 17 La confusion des remanieurs tient peut-être aussi à ce que les Grandes Cronicques inspirent certain (...)
  • 18 Le débat est toujours ouvert parmi les spécialistes sur l’existence ou non d’une légende se rapport (...)

6Il ne reste rien du tout des innovations apportées dans le domaine de la fiction sentimentale, grecque et pastorale16. On repère cependant trois œuvres situées en marge du vieux fonds français : un Rabelais et deux Pseudo-Rabelais. La Bibliothèque bleue a repris en effet à la fois les Grandes Cronicques publiées anonymement en 1532 à l’occasion des foires de Lyon et Gargantua, le second roman d’aventures gigantales d’« Alcofribas Nasier », créé en partie sur leur modèle et publié pour la première fois vers 1535. La dimension folklorique affichée des chroniques, qui mêlent le roi Arthur aux farces naïves et scatologiques d’un géant, a pu conditionner la reprise d’une œuvre aux enjeux humanistes marqués, qui présente le même personnage éponyme17. Quant au Disciple de Pantagruel ou Navigation du compagnon à la bouteille, autre opuscule peut-être puisé dans le folklore national - mais rien n’est moins sûr18 -, il a pris totalement la place du Quart livre, qu’il a pourtant influencé. Ce groupe de trois œuvres atteste bien le caractère savant de la sélection opérée aux xviie et xviiie siècles dans le répertoire romanesque de la Renaissance ainsi que l’effort de vulgarisation d’une littérature érudite à destination d’un public en partie « populaire ».

  • 19 Pour l’idée plus généralement d’une spécialisation des livres bleus vers l’utilitaire, comme l’atte (...)
  • 20 N. Z. Davis, dans Les Cultures du peuple. Rituels, savoirs et résistances au xvie siècle, Paris, Au (...)

7À part la série gargantuine, qui se situe, pour les opuscules à dominante carnavalesque, à la frontière du roman et du conte, la Bibliothèque bleue n’est susceptible d’avoir emprunté aux presses lyonnaises que quelques récits courts, trois exactement (voir Annexe 2). Il s’agit des Fables d’Ésope, de Griseldis de Boccace, nouvelle extraite du Décaméron, et de Tiel Ulespieglel, recueil allemand facétieux publié pour la première fois vers 1478. Ces textes au succès européen ont été diffusés à Lyon comme à Paris à la Renaissance et ont été très appréciés sous forme de livres bleus - ils ont connu chacun au moins 10 éditions -, spécialement au moment où une vague d’ouvrages pédagogiques est entrée dans la collection19. Les Fables ont été par ailleurs reprises dans leur version ancienne élaborée à la fin du xve siècle, et non dans les éditions latines et grecques conçues par Jean de Tournes à la fin des années 154020. Malgré leur brièveté et leur caractère édifiant, les recueils de nouvelles français inventés à la Renaissance n’ont pas été retenus - pas plus les Nouvelles Recreations et Joyeux Devis que l’Heptameron - et malgré leur franche gauloiserie, les fabliaux non plus. Trop savantes ou trop grasses, ces histoires ont été évincées par les éditeurs champenois, preuve à nouveau du souci que ceux-ci ont eu de la formulation et des traits idéologiques du matériau narratif qu’ils sélectionnaient.

  • 21 Pour les réactions des lettrés du xvie et du xviie siècle contre ces publications, voir N. Cazauran (...)
  • 22 C’est ce dont témoignent à la fois la diffusion des Quatre filz Aymon ou de Lancelot, signalés dans (...)

8Presque tous les romans bleus diffusés au xviie siècle ont donc été proposés par les imprimeurs lyonnais du siècle précédent, qui les tenaient eux-mêmes du Moyen Âge. Une telle inertie éditoriale durant deux siècles surprend d’autant plus que les œuvres chevaleresques étaient au même moment fermement décriées21. Celles-ci ont pourtant été goûtées longtemps, parfois remaniées en profondeur par des lettrés22. Si la sélection constitue un travail majeur des premières générations d’imprimeurs troyens et rouennais, le fonds des vieux récits s’étant ensuite entretenu de lui-même jusqu’à l’extinction de la collection, reste à savoir si la proximité étroite d’une partie de leur catalogue et de celui d’imprimeurs lyonnais est ou non le fait du hasard.

Le marché du roman de chevalerie avant la Bibliothèque bleue

  • 23 Pour l’inventaire quantitatif des romans de chevalerie publiés entre 1500 et 1592, nous nous appuie (...)

9À considérer les jeux d’émulation et de concurrence entre les libraires dans le domaine romanesque au xvie siècle, il semble qu’un choix de textes a commencé en amont de la production champenoise. C’est ce que révèlent plusieurs éléments de l’Annexe 1 - identité des imprimeurs, nombre et dates de publication, ville de la première impression - et leur confrontation au nombre global des titres publiés au cours du siècle23. Ce marché du roman médiéval ayant été constitué de manière précoce dans la ville, il faut l’envisager dès les premiers incunables.

  • 24 Année où Michel Le Noir publie Hercules. Pour Galien les choses se discutent car l’édition de Jean (...)
  • 25 Les deux villes se reprennent mutuellement les titres qu’elles publient. Les Genevois Adam Steincha (...)
  • 26 L’istoire de pierre de Provence et de la belle maguelonne, s. l. n. d. [Lyon, Guillaume Le Roy pour (...)
  • 27 S. l. n. d. [Lyon, c. 1485].
  • 28 Selon H.-J. Martin, dans Le Siècle d’or de l’imprimerie lyonnaise, Paris, Éditions du Chêne, 1972, (...)

10Au xve siècle, l’initiative de mise sous presses des manuscrits chevaleresques est résolument lyonnaise. Paris ne propose aucun roman destiné à entrer dans la Bibliothèque bleue avant 150024. En fait quand ce n’est pas Genève qui a l’initiative de l’édition princeps, c’est Lyon25 : Valentin et Orson paraît chez Jacques Maillet en 1489, Artus certainement chez Jean de la Fontaine en 1493, Robert le Dyable chez Pierre Maréchal et Barthélemy Chaussard en 1496 et Ogier le Dannoys chez Jean de Vingle la même année, et Florent et Lyon chez Martin Havard en 1500. Pierre de Provence, peut-être le premier roman imprimé en France, est même proposé en deux versions, longue et courte, par Guillaume Le Roy26. Quant aux Quatre filz Aymon, publiés aussi précocement que celui-ci27, ils sont repris sans discontinuité jusqu’en 1600 – et au-delà puisqu’il s’agit d’un des gros succès de la collection lancée par les Oudot. Bénéficiant de l’implantation de l’imprimerie italienne, la ville est donc pionnière dans la création d’imprimés chevaleresques28. En une vingtaine d’années, une partie du répertoire des fictions romanesques médiévales s’est déjà constituée.

  • 29 Jehan de Paris, veuve Claude Nourry, s. d. [c. 1533-1534].

11Qu’en est-il au xvie siècle ? Malgré la croissance exponentielle des publications parisiennes, Lyon résiste bien dans le domaine. L’activité de Chaussard en particulier se poursuit sans interruption avant et après 1500, sous le nom de celui-ci d’ailleurs, puis sous celui de ses héritiers. Les phénomènes de première impression et les rééditions de titres empruntés à des collaborateurs ou à des concurrents s’accentuent cependant au point d’intensifier nettement le marché. Trois périodes se dessinent dans l’impression du legs narratif médiéval, où s’affrontent des imprimeurs moins connus mais tout aussi dynamiques que les Gryphe et De Tournes et autres Rouillé, Granjon et Gazeau. Jusqu’en 1530 d’abord, Claude Nourry occupe le premier plan de la scène éditoriale : ayant travaillé avec Jean de Vingle, il donne Galien, Les quatre filz Aymon et Ogier le Dannoys. C’est lui aussi qui contribue à l’édition princeps de Jehan de Paris29, roman de la fin du xve siècle qui remportera la palme des publications de romans bleus.

  • 30 Respectivement 1524 et 1528, 1531 et 1553, 1538 et 1551, 1545 et s. d.
  • 31 Il s’agit d’Hector paru s. d., de Guerin Mesquin en 1530, sous forme traduite, et de Guillaume de P (...)
  • 32 Le premier publie en tout six romans, les seconds deux, dont Les quatre filz Aymon, et le dernier s (...)
  • 33 Il en va de même pour Jean de Tournes. Sur environ 500 éditions, celui-ci donne quelques recueils d (...)

12De 1530 à 1560 ensuite, Olivier Arnoullet passe sur le devant de la scène. Son catalogue impressionne par la variété et par la quantité de ses titres : de La belle Helayne de Constantinoble et de La tres joyeuse hystoire des faicts […] des tres preulx et vaillans chevaliers Milles et Amys à La tres plaisante hystoire de Maugis d’Aygremont et de Vivian et aux Prouesses et faictz du tres preulx noble et vaillant Huon de Bordeaulx30, ce ne sont pas moins de 26 histoires de paladins qui sont proposées et reproposées au public, dont trois pour la première fois31. Spécialiste de la période, il ne reçoit que peu d’ombrage des impressions occasionnelles de Pierre de Sainte-Lucie - le successeur officiel de Nourry -, de Gilles et Jacques Huguetan et de Jacques Moderne32. Le panorama de l’édition romanesque de la Bibliothèque bleue fait apparaître quatre intrus aux côtés d’O. Arnoullet : François Juste, Denis de Harsy, Étienne Dolet et Pierre de Tours, qui abandonnent les vieux romans au profit des romans sentimentaux - les Flammette - et des Rabelais pour les premiers - même si Harsy republie Le recueil des histoires et singularités de Troye et le Chevalier doré - et de la seule série rabelaisienne et pseudo-rabelaisienne pour les seconds - Gargantua et Les navigations de Panurge. Mais ces œuvres font figure d’exception dans leur répertoire33.

  • 34 Par Nourry, par G. et J. Huguetan et peut-être par O. Arnoullet.
  • 35 C’est un des plus gros succès du xvie siècle : il connaît 13 éditions.
  • 36 Prenons quelques exemples : Histoire des nobles prouesses et vaillances de Galien restauré > Histoi (...)
  • 37 À l’exception toutefois de Thibaud Payen, qui publie Palmerin d’Angleterre dans la traduction récen (...)

13La fin du siècle, à partir de 1570-1585 environ, marque une nouvelle vague de publications romanesques. Après un creux d’une vingtaine d’années, des réimpressions massives d’épopées dérimées - Les quatre filz Aymon, Fierabras, Milles et Amys - et de romans d’aventures - La belle Heleine, Jean de Paris, Meliadus - ont lieu à l’initiative de François Arnoullet, le fils d’Olivier, de François Didier et surtout de Benoît Rigaud. Ce dernier est pour beaucoup dans la sélection qu’opèrent les premières décennies du xviie siècle dans le riche répertoire lyonnais. S’il reprend Galien, Meliadus, le Chevalier doré, Morgan le gean et Doolin de Mayence, il laisse ainsi de côté Giglan, roman créé par un certain Claude Platin et diffusé exclusivement à Lyon34, La destruction de Jerusalem, publiée dans La vie de Jhesuchrist35, ou encore Baudoyn, Ponthus et Sidoyne et Guerin de Montglave. Vu, par ailleurs, la proximité des titres de certains des romans de Rigaud avec ceux de la Bibliothèque bleue36, on peut être à peu près persuadé que les imprimeurs troyens ont largement puisé dans son fonds. Rigaud fait paraître au total pas moins de 19 des 35 récits d’aventures que sélectionnent les publications bleues. Mais comment comprendre que certains de ses récits chevaleresques ne soient pas repris ? Cela peut s’expliquer par leur nature : à part Guerin de Montglave, il s’agit de nouveaux romans, comme Amadis, Palmerin d’Olive, Flores de Grece et Primaleon de Grece. Or les traductions des séries espagnoles ont été lancées par les presses parisiennes à partir de la traduction à succès d’Herberay des Essarts en 1540 ; elles n’arrivent à Lyon qu’avec Rigaud, les prédécesseurs de celui-ci ayant boudé ce renouveau de la thématique courtoise37. Les éditeurs champenois ont pu juger trop savant et trop sentimental cet ensemble de textes, d’ailleurs toujours en cours de création au début du xviie siècle.

  • 38 C’est tout de même le cas de Milles et Amys et de Guillaume de Palerme, qui ont, eux, une place dan (...)
  • 39 Ces phénomènes de concurrence sont signalés par R. Cooper, dans « Le roman à Lyon sous François Ier(...)
  • 40 L’examen comparatif des titres est le meilleur indicatif pour ces deux derniers romans. Le titre pa (...)
  • 41 C’est à la même conclusion de besoin d’études de cas qu’arrive H. Blom dans « Vieux romans » et « G (...)

14Les phénomènes de concurrence entre Paris et Lyon contribuent à éclairer les principes de sélection des romans bleus. Ils font ressortir en négatif les romans médiévaux et les romanzi que la ville n’imprime pas. Si les presses des deux villes sont au coude à coude en nombre de publications pour Melusine, Ogier de Dannoys, Valentin et Orson, Maugis d’Aygremont, Galien Rhetoré et Mabrian, Paris l’emporte pour Godefroy de Bouillon, Gyron le courtois, Perceval, Perceforest, Tristan, Berinus et bien sûr Amadis et ses avatars38. C’est au contraire Lyon qui gagne la course à l’édition dans le cas des Quatre filz Aymon, de Paris et Vienne et de Jean de Paris, quel que soit le lieu de la première impression. S’il y a en tout moins de récits chevaleresques publiés dans la ville de Lyon que dans la capitale jusqu’en 1560, les choses s’inversent ensuite à l’occasion de la rivalité entre O. Arnoullet, d’un côté, et Alain Lotrian et Denis Janot, de l’autre, puis entre Rigaud et Nicolas Bonfons39. On comprend alors que le tri opéré par les imprimeurs troyens a été conditionné par le goût commun qu’ils ont avec leurs prédécesseurs lyonnais pour les vastes fresques épico-romanesques, pour les courts récits d’aventures et pour les Gargantua et au contraire par leur peu d’inclination pour les récits médiévaux trop sentimentaux. Risquons quelques titres directement repris aux presses lyonnaises : outre les histoires de géants, Jean de Paris, Hector, Guerin Mesquin, Meliadus et Guillaume de Palerme - dont toutes les éditions sont en fait lyonnaises. Et à celles de Paris ? Certainement Melusine, dont Michel Le Noir a donné une version remaniée en 1517 en en isolant Geoffroy à la grand Dent, Huon de Bordeaux, peu diffusé à Lyon, le Chevalier doré, Le Rommant de la belle Helaine de Constantinople40 et à coup sûr Richart sans paour, dérimage d’une chanson de geste par Gilles Corrozet qui n’est publié nulle part ailleurs. Seul un examen approfondi des textes eux-mêmes permettrait d’avancer des conclusions pour les autres textes, tant les échanges entre les deux villes - et quelques autres, comme Rouen - sont intenses et complexes41.

  • 42 Pour ce qui est de Rigaud, dont le catalogue des vieux romans est à une exception près - Guerin de (...)

15L’influence des presses lyonnaises sur les imprimeurs champenois du xviie siècle en matière d’édition chevaleresque est en tout cas indubitable. Nourry, Chaussard, Arnoullet, Rigaud et quelques autres fournissent des titres aux Oudot en imprimant pour la première fois certains romans médiévaux, en choisissant de publier ou de republier tel texte au détriment de tel autre et en gagnant sur le long terme la lutte des ventes de romans mis sur le marché par d’autres villes. Ces imprimeurs constituent ainsi une ébauche de « bibliothèque », que les générations suivantes vont se charger d’épurer encore42.

Les spécificités de la mise en livre

  • 43 Les débats ont fusé autour de la question de l’existence ou non d’une « littérature populaire », co (...)
  • 44 Les deux aspects recoupent partiellement ce que G. Genette appelle, dans Seuils, Paris, Seuil, « Po (...)

16Allons plus loin. En tant qu’ils sont eux aussi des passeurs de textes, les libraires lyonnais font déjà appel à des typographes de leurs ateliers pour conformer les romans en vue d’une lecture par le plus grand nombre, pour les transformer en « produits » consommables par tous. Ils créent en cela des livres populaires, si l’on veut entendre l’adjectif en dehors de toute appréciation politique43. Cette vulgarisation des récits médiévaux et des quelques adaptations ou créations récentes a une visibilité matérielle : elle se manifeste par l’aspect extérieur des ouvrages et par la configuration interne du texte44.

  • 45 Elle se réduit progressivement à l’in-8 et à l’in-16. Ce n’est que plus tard qu’elle correspondra à (...)
  • 46 C’est aussi le cas au xviie siècle mais en proportion différente : le nombre moyen de pages des liv (...)
  • 47 W. Kemp, dans « L’édition illicite du Jugement d’amour de Juan de Florès (1530) de Laurent Hyllaire (...)
  • 48 Voir la description que fait B. Wahlen de Guiron publié par Vérard vers 1501, dans « Du manuscrit à (...)
  • 49 L’Hystoire du noble et preulx vaillant chevalier Guillaume de Palerne, lequel […] fut filz du roy d (...)
  • 50 Son édition d’Ogier le Danoys par exemple est déjà en petit format en 1579, alors que l’édition de (...)
  • 51 Il s’agit d’un chevalier sur sa monture. On trouve la même au début du Baudouyn s. d. [c. 1520] d’A (...)

17Le choix du format, du caractère et du nombre de pages donne d’abord une spécificité au corpus. L’essentiel des vieux romans est publié en grand format, l’in-4 étant la règle. Si la différence peut sembler importante avec des livres qui seront vendus ensuite par la voie du colportage, il faut considérer que la taille des romans bleus est variable au premier siècle de leur diffusion45. L’épaisseur des romans est peu fixe à la Renaissance, les plus courts faisant une cinquantaine de feuillets et les plus longs pratiquement 40046. Quant aux caractères, il s’agit massivement du gothique, qui imite l’écriture des manuscrits. Tous ces éléments singularisent les vieux romans : ils les distinguent tant des romans d’amour que des romans de chevalerie importés47. On remarque cependant quelques évolutions au cours du siècle. Alors que les incunables et les premiers imprimés se présentent comme des objets de luxe48, les livres prennent peu à peu une allure propre à la grande diffusion. Dans Guillaume de Palerne, publié par O. Arnoullet en 1552, le texte, en gothique, occupe la largeur de la page - au lieu d’être réparti sur deux colonnes. La première page, véritable vitrine de vente, se compose d’un titre développé annonçant la fin de l’histoire49, d’une grosse lettrine et d’une grande gravure sur bois représentant les tribulations principales du héros. Un traditionnel « Prologue de l’acteur ou translateur » vante les « faitz d’armes et d’amours » à suivre, met en avant la modernisation linguistique opérée par le remanieur du « romant antique » et signale l’ajout d’« aulcunes sentences morales ou joyeusetez ». Rigaud adopte des principes plus novateurs : pratiquant parfois l’in-8 et l’in-1650, il choisit le caractère romain, en particulier pour son Huon de Bordeaux de 1587 ; il aère en outre la page de titre en proposant une vignette de taille moyenne sans rapport particulier avec le texte51.

  • 52 Les Grandes et inestimables cronicques du grant et enorme geant Gargantua, contenant sa genealogie, (...)
  • 53 Ils le seront jusqu’en 1542 chez Juste pour les éditions de Rabelais.

18Si les Grandes Cronicques sont en marge de ce corpus, elles y entrent cependant en partie grâce au maquillage éditorial que les éditeurs lyonnais leur font subir. Le titre de la première édition retrouvée52 convoque le modèle du roman chevaleresque en s’annonçant faussement comme un récit historique, en faisant allusion à un géant au service du roi Arthur et en utilisant des hyperboles pour louer la force du héros. Gargantua semble alors un nouveau personnage ajouté au matériau arthurien. La « table » qui vient ensuite détrompe en partie le lecteur par l’intitulé de tous les chapitres de l’« hystoire et cronicque » : au milieu des références à Merlin et aux Bretons, apparaissent des motifs animaliers et alimentaires - vaches, veaux, jument, harengs, gibecière - propres au conte folklorique. À l’intérieur, le livre est semblable à n’importe quel autre roman de combats, mais sans illustrations. On peut supposer N. II Oudot en 1675 aussi facétieux et intéressé que B. Chaussard en 1532, lorsqu’il intègre l’œuvre à la collection bleue : il se joue du sérieux des vieux romans tout en profitant de leur succès auprès du public. L’édition par Juste de Gargantua, en 1535, adopte en partie la même stratégie ludique et commerciale, malgré la différence substantielle dans la teneur des récits. Le titre, La vie inestimable du grand Gargantua, pere de Pantagruel, inscrit le roman dans une série, à laquelle il fait participer aussi la première fiction rabelaisienne. Les caractères en sont encore gothiques53, même si, passée la page de titre, plus grand-chose ne rappelle la cour d’Arthur ni les exploits bon enfant du géant de la tradition orale. On a affaire en somme, à quelques années d’intervalle, à une double entreprise de démocratisation d’un substrat romanesque savant, préparant au caractère parodique du récit dans le cas des Grandes Cronicques et tendant à piéger le lecteur par un leurre dans celui de Gargantua.

  • 54 Pour le même type de constats ainsi que celui d’un raccourcissement de la trame et d’une simplifica (...)
  • 55 Parmi les types d’interventions opérées au moment du passage de livres anciens dans la Bibliothèque (...)

19Si l’on entre dans les volumes, l’empreinte des éditeurs se manifeste au niveau de la disposition du texte sur la page. Dans Baudouyn publié par Arnoullet vers 1520, non repris dans la collection bleue, les chapitres, aux lignes resserrées, sont surmontés d’une rubrique légèrement décalée par rapport à la marge ; pour augmenter la visibilité de leur découpage, certains d’entre eux s’ouvrent sur une lettrine et sur une illustration qui occupe la largeur d’une demi-ligne. Dans Guillaume de Palerne, publié une trentaine d’années après par le même imprimeur, la taille et le style des vignettes est devenu très aléatoire. L’appareil illustratif semble prendre le statut à la fois de signe diacritique - facilitant le repérage des étapes de l’histoire - et d’invite à l’imagination - incitant à l’oubli de l’univers quotidien. L’Huon de Rigaud, qui vient plus tard dans le siècle, dégage d’emblée une impression de clarté. Les intertitres sont assez espacés du texte pour être repérables immédiatement ; les chapitres, raccourcis par la petitesse des caractères utilisés, sont séquencés en paragraphes par des lettrines de bonne taille et de larges marges, un titre courant et quelques images allègent l’ensemble des 360 pages que comporte l’ouvrage54. Avant que les Oudot, la veuve Costé ou Jean Garnier ne multiplient les éléments de séquençage du récit55, de telles éditions attestent une volonté de conquête de certains publics dès la Renaissance.

  • 56 Voir à ce sujet notre article « Pierre de Provence revisité : un roman de chevalerie à succès à la (...)
  • 57 Les conclusions sont limitées par la perte de la plupart des imprimés de la Renaissance. Selon les (...)
  • 58 La question difficile à trancher de l’origine au xve ou au xvie siècle du séquençage des romans ble (...)
  • 59 Reprenons le cas de Pierre de Provence. Si la première édition de la version courte de l’histoire m (...)
  • 60 L’édition que Jean de Channey donne en 1524 à Avignon reprend ainsi à celle de 1493 « vous dicte », (...)

20Mieux l’attention portée à la segmentation narrative ainsi qu’à la modernisation de la langue était déjà le fait des éditeurs du xve siècle. C’est ce que tend à montrer le cas complexe de la filiation éditoriale de Pierre de Provence56. Au bout d’une quinzaine d’années de parution, le roman est déjà épuré : si les éditions postérieures à celles de Le Roy maintiennent le schéma des chapitres, à quelques exceptions près, elles restreignent sensiblement le nombre de paragraphes. Celle de Trepperel de 1493 supprime ainsi les pieds de mouche et les blancs en cours de ligne de l’édition d’environ 1485 et maintient mécaniquement les lettrines, ce qui allège le texte de la démarcation de répliques des personnages en dialogue et d’étapes secondaires du récit. Une fois redisposée sur une page aérée, cette condensation du texte romanesque, qui se fait en partie au détriment de la logique, servira peut-être de prototype aux éditions parisiennes du XVIe siècle, qui conduiront elles-mêmes à celles de 1687 et de 1700 de Jacques Oudot à Troyes57. L’exercice de réduction des sinuosités des textes, auquel se prêtent les éditeurs de la collection bleue, qui n’affecte toutefois pas la structure narrative, est donc amorcé bien avant 1600 même s’il ne se met au service de l’abaissement du coût des livres qu’à l’extrême fin de la période58. Tout au long de la chaîne des remaniements, la fidélité quasi exacte à la langue du ou des patrons est de règle. Elle se manifeste le plus souvent par un simple jeu de variations lexicales59. Le travail de retouches est si peu soigné qu’il maintient ­habituellement des coquilles ou des erreurs de transcription d’une édition à l’autre60. Comment ne pas reconnaître dans ces négligences une des habitudes des arrangeurs champenois des vieux récits ?

21Les stratégies de présentation et de modification des textes romanesques à la Renaissance révèlent ainsi que les imprimeurs se font une idée des compétences culturelles de leur lectorat, qu’il soit largement aristocratique d’abord ou plus bourgeois ensuite : ils l’imaginent en quête de repères pour interrompre sa lecture, demandeur d’une compréhension immédiate du récit, même approximative, et avide de s’évader. Ceux qui précèdent N. I Oudot et consorts configurent ainsi un genre, mieux certainement que ne le font à la même époque les lettrés qui commencent à tenter d’en cerner les lois.

••

  • 61 C’est ce que prouve l’examen par M.-D. Leclerc, dans « À la recherche du livre perdu : identificati (...)

22Au terme de l’examen de l’évolution et de la mise en forme des publications de romans médiévaux, on mesure donc mieux la place des imprimeurs, éditeurs et remanieurs de la Renaissance dans la genèse d’un phénomène de grande diffusion tel que la Bibliothèque bleue. Le réservoir d’imaginaire, d’idéalisation du passé et de glorification des valeurs aristocratiques que constituent les vieux romans était une mine éditoriale à exploiter. Les presses de Lyon ont peut-être le plus nettement le pressentiment de la demande dans le domaine. Elles ont ainsi procédé à une sélection, à un découpage et parfois à une réécriture de ces récits, mais à moindres frais, sans en renouveler foncièrement la matière. Elles ont œuvré à compléter le legs du xve siècle tout en se prêtant à un élagage des titres anciens ou nouveaux trop longs, pas assez aventureux ou formulés dans une langue emphatique. Les Oudot, Parre Piot, les Briden, les Febvre puis Pierre Garnier ne feront pas autre chose au siècle suivant. Ils récupéreront d’ailleurs non seulement le travail éditorial de leurs prédécesseurs, mais aussi leur matériel typographique61. Pour expliquer que la ville de Lyon cesse de configurer des livres populaires, on peut invoquer des facteurs historiques - appauvrissement financier, conflits religieux, déclin du soutien royal. Mais il faut surtout retenir que l’édition de vieux romans ne s’y éteint que peu à peu après Rigaud.

  • 62 Par Jean Huguetan. Pour l’analyse des filiations éditoriales des versions du roman et l’idée que Je (...)
  • 63 « Pierre de Provence et la réception… », art. cit., p. 57.
  • 64 La Bibliothèque bleue au dix-huitième siècle…, op. cit., p. 11.

23Ce phénomène de continuité qui se produit dans l’édition lyonnaise de 1480 jusqu’en 1630 au moins et l’existence de publications du même type à Rouen invitent à repenser la définition même du livre bleu. Si un roman comme Mélusine est publié à la fois à partir de 1624 à Troyes et en 1644 à Lyon à peu près de la même façon qu’à Paris et à Lyon auparavant62, c’est que l’an 1601 ne marque pas forcément la naissance de la collection. H. Blom s’interroge ainsi à juste titre : puisque les romans bleus ne sont pas lus exclusivement par les couches modestes de la population et qu’ils sont bon marché, « quel niveau de dégradation doit posséder un titre pour […] entrer [dans la catégorie] ? »63. L. Andries elle-même reconnaît que jusqu’en 1650 la littérature de colportage ne se différencie pas nettement de l’ensemble des textes imprimés, si ce n’est par la mauvaise qualité déjà apparente de la typographie64.

  • 65 Les critères de définition de la Bibliothèque bleue donnés par L. Andries, ibid., p. 33, à savoir d (...)

24Peut-être justement l’aspect matériel fait-il la différence entre les livres formatés pour un public exigeant, comme plusieurs officines continuent à en proposer, et ceux qui résultent d’une entreprise concertée de vente en grand nombre et à bas prix. La fragilité des brochures produites par les Oudot peut constituer en somme l’indice d’un travail concerté de récupération de textes savants à destination d’un public large. Disons que c’est bien au cours des années 1600-1650 que se met en place une stratégie commerciale inédite qui donne naissance au livre bleu, même si elle fait appel à des procédures vieilles de plus d’un siècle65.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographies dépouillées

L. Andries et G. Bollème (2003), La Bibliothèque bleue : littérature de colportage, Paris, Laffont, « Répertoire des titres », p. 889-984.

L. Andries (1989), La Bibliothèque bleue au dix-huitième siècle : une tradition éditoriale, Oxford, The Voltaire Foundation at the Taylor Institution, « Liste d’ouvrages de la Bibliothèque bleue », p. 145-187.

Base ELR, qui recense les éditions de romans publiés à Lyon entre 1501 et 1600, http://www.rhr16.fr/base-elr.

H. Baudrier (1895-1921), Bibliographie lyonnaise. Recherches sur les imprimeurs, libraires, éditeurs, relieurs et fondeurs de lettres de Lyon au xvisiècle, 12 t., Lyon, Brun/Paris, Picard.

S. Cappello (2001), « Répertoire chronologique des premières éditions des romans médiévaux français aux xve et xvie siècles », in Lingue, stili, società. Studi in ricordo di Guido Barbina, 2 vol. , dir. G. Borghello, Udine, Forum, vol. II, p. 167-186.

R. Cooper (1990), « Outline Bibliography of works on chivalry published in France before 1600 », in Chivalry in the Renaissance, dir. Sydney Anglo, Woodbridge, The Boydell Press, p. 193-238.

S. von Gültlingen (1992 →), Répertoire bibliographique des livres imprimés à Lyon au seizième siècle, Baden-Baden/Bouxwiller, Koerner.

A. Pettegree, M. Walsby et A. Wilkinson (2007), French Vernacular Books published in the French Language before 1601, 2 vol, Leiden/Boston, Brill.

Haut de page

Annexe

Annexe 1 : Romans de la Bibliothèque bleue (du xviie au xixe siècle) publiés à Lyon entre 1501 et 1600

Titre

Imprimeurs

Dates

Ville de la première impression

Jehan de Paris > Histoire de Jean de Paris (22 éd. à partir de 1613)

Veuve Claude Nourry

Pierre de Sainte-Lucie

Héritiers Barnabé Chaussard

François et Benoît Chaussard

Benoît Rigaud

s. d. [c. 1533-34]

s. d. [c. 1530-40]

1544

1554

s. d. [c. 1575] et 1578

Lyon, veuve Claude Nourry, s. d.
[c. 1533-34]

Pierre de Provence et la belle Maguelonne > Histoire de Pierre de Provence et de la belle Maguelonne (17 éd. à partir de 1630)

s. n. [Barnabé Chaussard et Pierre Maréchal]

Héritiers Barnabé Chaussard

François Didier

s. d. [c. 1504]

s. d. [1540]

s. d. [c. 1585]

s. l. n. d. [Lyon, Guillaume Le Roy (pour Barthélemy Buyer),
c. 1477-79]

> L’histoire de Richard Sans Peur (15 éd. à partir de c. 1620)

Paris, Jean Longis, Jean de Saint Denys et Galliot du Pré, 1530

Les quatre filz Aymon

> Les quatre fils Aymon (13 éd. à partir de 1626)

Claude Nourry (dont 1 éd. avec Pierre de Vingle)

Gilles et Jacques Huguetan

Pierre de Sainte-Lucie

François Arnoullet

Benoît Rigaud

François Didier

1506, 1526 et 1531

1539

1539 et 1550

1568 et 1573

1581 et 1583

s. d. [c. 1585]

s. l. n. d.
[Lyon, c. 1485]

Les prouesses et faictz du tres preulx noble et vaillant Huon de Bordeaulx > Histoire de Huon de Bordeaux (12 éd. à partir de 1600)

Olivier Arnoullet

Benoît Rigaud

1545 et s. d.

1586 et 1587

Paris, Michel Le Noir, 1506

La belle Helayne de Constantinoble > Histoire de la Belle Heleine de Constantinople (12 éd. à partir de c. 1630)

Olivier Arnoullet

Benoît Rigaud

1524 et 1528

1575

Paris, veuve Jean Trepperel, s. d. [c. 1517-25]

La conqueste du grand roy Charlemaigne des Espaignes ou Fierabras > La conqueste du Grand Charlemagne (11 éd. à partir de 1609)

Barnabé Chaussard et Pierre Maréchal

Pierre de Sainte-Lucie

François Arnoullet

Benoît Rigaud

1502 [n. s.]

1536 et 1552

1575

1575 et 1584

Genève, Adam Steinschaber, 1478

La terrible et merveilleuse vie de Robert le Dyable > La terrible et merveilleuse vie de Robert le Diable (10 éd. à partir de c. 1620)

Pierre Reberget

Héritiers Barnabé Chaussard

Benoît Rigaud

1501

1545

1576 et 1596

Lyon, Pierre Maréchal et Barnabé Chaussard, 1496

Melusine > Mélusine (10 éd. à partir de 1624)

Olivier Arnoullet

1545 [n. s.] et 1554

Genève, Adam Steinschaber, 1478

L’Hystoire des deux nobles et vaillans chevaliers Valentin et Orson > Histoire de Valentin et Orson (9 éd. à partir de 1698)

Martin Havard

Olivier Arnoullet

Benoît Rigaud

1505

1526 et 1539

1579, 1590 et 1591

Lyon, Jacques Maillet, 1489

Les nobles prouesses et vaillances de Galien restauré > Histoire des nobles prouesses […] de Gallien Restauré (7 éd. à partir de 1606)

Claude Nourry

Olivier Arnoullet

Vollant

Benoît Rigaud

1525

s. d.

s. d. [c. 1550]

1575

Paris, Antoine Vérard, 1500

Les grandes et inestimables Cronicques : du grant et enorme geant Gargantua > Les chroniques du roi Gargantua (7 éd. à partir de 1675)

s. n. [Barnabé Chaussard]

1532

s. l. n. n., [Lyon, Barnabé Chaussard], 1532

La vie inestimable du grand Gargantua > La vie du fameux Gargantua (6 éd. à partir d’avant 1728)

François Juste

s. n. [Denis de Harsy]

Étienne Dolet

Pierre de Tours

s. d. [c. 1535], 1535, 1537, 1538 et 1542

1537

1542

1542, 1543, s. d. [c. 1545] et 1548

Lyon, François Juste, s. d. [c. 1535]

Morgant le Geant > Histoire de Morgant le Géant (4 éd. à partir de 1621)

Jean Lambany

Olivier Arnoullet

Benoît Rigaud

1529

1548

1596

Paris, pour Jean Petit, Michel Le Noir et Renaud Chaudière, 1519

Huon de Bordeaux, livre II (4 éd. à partir de 1694)

s. l. n. d. [Troyes, Jacques Oudot, 1694]

La tres plaisante hystoire de Maugis d’Aygremont et de Vivian > Histoire de Maugis d’Aygremont (3 éd. à partir de 1620)

Olivier Arnoullet

Benoît Rigaud

1538 et 1551

1579

Paris, Jean Trepperel, 1518 (avec Guerin de Montglave)

Les merveilleuses navigations du disciple de Pantagruel > La Navigation du Compagnon à la bouteille (3 éd. à partir de c. 1645)

Olivier Arnoullet

s. n. [Denis de Harsy]

Étienne Dolet

Pierre de Tours

Jacques Faure (pour Benoît Rigaud et Jean Saugrain)

Jean Josseran

s. d.

1538

1542

1543

1556

1595

Paris, Denis Janot, s. d. [1538]

La cronicque de Mabrian > Les prouesses et vaillances du redouté Mabrian (3 éd. à partir de c. 1620)

Olivier Arnoullet

1549

Paris, Jacques Nyverd, 1531 [n. s.]

Florent et Lyon > Le romant de Florent et Lyon (2 éd. à partir de 1626)

Martin Havard

Olivier Arnoullet

1500

1526 et 1532

Lyon, Martin Harvard, 1500

L’Hystoire du noble et preulx vaillant chevalier Guillaume de Palerne > L’histoire du noble preux… Guillaume de Palerme (2 éd. à partir d’avant c. 1634)

Olivier Arnoullet

1552 et s. d.

Lyon, Olivier Arnoullet, 1552

Ogier le Dannoys > Ogier le Dannois (2 éd. à partir de 1626)

Claude Nourry

Olivier Arnoullet

Benoît Rigaud (ou ses héritiers)

1525

1556 et 1560

1579, 1580 et 1599

Lyon, Jean de Vingle, 1496

La vie du preux et vaillant Hercules > Les prouesses d’Hercule (2 éd. à partir de 1625)

Jean Monnier

s. d.

Paris, Michel Le Noir, 1500

La tres joyeuse hystoire des faicts […] des tres preulx et vaillans chevaliers Milles et Amys > L’histoire des deux nobles […] Milles et Amys (2 éd. à partir de 1631)

Olivier Arnoullet

1531 et 1553

Paris, Antoine Vérard, s. d. [c. 1503]

Les faitz et gestes des nobles conquestes de Geoffroy à la grand Dent > Les gestes, faits et conquestes du vaillant […] Geoffroy à la Grand Dent (2 éd. à partir de 1614)

Olivier Arnoullet

Benoît Rigaud

s. d. [c. 1530] et 1549

1580 et 1597

Paris, Jean Trepperel, s. d. [c. 1527-32] ou Lyon, Olivier Arnoullet, s. d. [c. 1530]

Guerin Mesquin > Histoire de Guérin Mesquin (1 éd. en 1628)

Olivier Arnoullet (pour Romain Morin)

1530

Lyon, Olivier Arnoullet, 1530

La plaisante et amoureuse histoire du chevalier doré > Hystoire du chevalier aux armes dorées et de Bethides et de la pucelle surnommée cueur d’acier (1 éd. en 1611)

s. n. [Denys de Harsy]

François Durelle (pour Benoît Rigaud)

Benoît Rigaud

s. d. [c. 1542]

1570

1577

Paris, Denis Janot, 1541

L’histoire du noble preux et puissant Hector > Les faicts et prouesses du puissant et preux Hector (1 éd. en 1624)

Olivier Arnoullet

s. d.

Lyon, Olivier Arnoullet, s. d.

L’histoire et ancienne cronique de Gerard d’Euphrate > Histoire et ancienne chronique de Gérard d’Euphrate (1 éd. en 1632)

Benoît Rigaud

1580

Paris, Vincent Sertenas, 1549

L’Hystoire des faictz et gestes du noble, preux et vaillant chevalier Artus de Bretaigne > Histoire… du preux et vaillant chevalier Artus de Bretaigne (1 éd. en 1628)

Olivier Arnoullet

1556

s. l. n. n. [Lyon, Jean de la Fontaine], 1593

La fleur des batailles et merveilleuses prouesses faictes par Doolin de Maience > Histoire de la fleur des batailles Doolin de Mayence (1 éd. en 1623)

Olivier Arnoullet

Benoît Rigaud

s. d. [c. 1525] et 1551 [n. s.]

1597

Paris, Antoine Vérard, 1501

La triumphante et veritable histoire […] du tres puissant […] prince Meliadus > La plaisante et triomphante histoire des hauts et chevalereux faicts d’armes du […] prince Meliadus (1 éd. en 1612)

Pierre de Sainte-Lucie

Benoît Rigaud

1534

1581

Paris, Galliot du Pré, 1528

Olivier de Castille et Artus d’Algarbe > L’hystoire d’Olivier de Castille, et Artus d’Algabre (1 éd. en 1625)

Olivier Arnoullet

1546

Genève, Louis Garbin, 1482

L’hystoire du noble et vaillant chevalier Paris, et de la belle Vienne > L’histoire du noble et vaillant chevalier Paris et de la belle Vienne (1 éd. vers 1630)

Claude Nourry

Jacques Moderne

François et Benoît Chaussard

Benoît Rigaud

1520

s. d. [c. 1540]

1554

1596

s. l. n. d. [Lyon, Guillaume Le Roy, c. 1480]

L’histoire du tres vaillant noble, preux et hardy roy Alexandre le grand > Histoire du noble et vaillant roy Alexandre le Grand (1 éd. en 1631)

Olivier Arnoullet

Benoît Rigaud

s. d. [c. 1535], s. d. [c. 1535] et 1552

1579

Paris, Michel Le Noir, c. 1506

Annexe 2 : Récits de la Bibliothèque bleue hors romans publiés à Lyon entre 1501 et 1600

Les Fables et la vie d’Esope > Les Fables et la vie d’Esope le Phrygien (11 éd. à partir d’avant 1720) : Barnabé Chaussard et Pierre Maréchal, 1502 ; Claude Nourry et Pierre de Vingle, 1526 ; héritiers Barnabé Chaussard, 1531 ; Sébastien Gryphe, 1535 ; Jean de Tournes, 1547, 1549, 1551 et 1556 ; Balthazar Arnoullet, 1550 ; Olivier Arnoullet, 1552

– La patience de Griseldis > La patience de Griselidis (10 éd. à partir de c. 1680) : héritiers Barnabé Chaussard, 1546 ; Claude Nourry, 1525 ; Pierre de Sainte-Lucie, s. d., Benoît Rigaud, 1577

– Les aventures joyeuses et faitz merveilleux de Tiel Ulespieglel > L’histoire joyeuse et recreative de Tiel Ulespiegle (10 éd. à partir 1613) : Jean Saugrain, 1559 et 1568.

Haut de page

Notes

1 Dans La Bibliothèque bleue au dix-huitième siècle : une tradition éditoriale, Oxford, The Voltaire Foundation at the Taylor Institution, 1989, p. 137, L. Andries signale que « le tirage important des livrets bleus et la régularité de[s] rééditions […] permettent de supposer que la Bibliothèque bleue constituait la part la plus importante de la production imprimée lue par les classes populaires ».

2 Sur l’origine savante des formes proposées au public, voir R. Chartier, « Les livres bleus », in Lectures et lecteurs dans la France d’Ancien Régime, Paris, Le Seuil, 1987, p. 247-270 [1re parution 1984]. L’auteur signale que la collection est surtout constituée de titres qui ont déjà publiés antérieurement ou qui connaissent leur première édition avec la Bibliothèque bleue mais dont la forme a toutefois été lancée par des milieux lettrés.

3 Le réseau de diffusion des livres bleus est le Bassin parisien - par les relations qu’entretiennent les imprimeurs troyens avec ceux de la capitale -, une partie du Nord et la Normandie. Voir L. Andries, Le grand Livre des secrets : le colportage en France aux xviie et xviiie siècles, Paris, Imago, 1994, p. 10.

4 Environ 400, selon L. Andries dans La Bibliothèque bleue au dix-huitième siècle…, op. cit., p. 33.

5 L. Andries, ibid., p. 131.

6 R. Mandrou, dans De la Culture populaire aux xviie et xviiie siècles. La Bibliothèque bleue de Troyes, Paris, Stock, 1964, Flammarion, 1975, p. 31, et R. Chartier, dans « Stratégies éditoriales et lectures populaires », in Lectures et lecteurs…, op. cit., p. 87-124 et ici p. 117 [1re parution 1982], mentionnent le phénomène en passant. Sur le rôle particulier des Lyonnais, dont B. Rigaud, voir J.-P. Oddos, « Simples notes sur les origines de la Bibliothèque bleue », in La Bibliothèque bleue nel seicento o della letteratura per il popolo, Paris, Nizet, 1981, p. 159-168, repris par A. Robert dans « Aux origines de la Bibliothèque bleue. Quelques réflexions sur la production de Nicolas Oudot », Le Bibliophile rémois, n° 39, 1995, p. 3-6.

7 Pierre Dehaye publie ainsi la Vie de Marie Magdaleine en 1605, Pierre I Rigaud La Conqueste de Charlemagne en 1609, A. Olyer les Joyeuses adventures et faicts merveilleux de Thiel Ulespiegle en 1613, un anonyme Les subtiles et facétieuses rencontres de J.B., disciple de Verboquet en 1640, etc. Dans « Pierre de Provence et la réception des romans de chevalerie médiévaux dans la France du xviie siècle », Cahiers de recherches médiévales, n° 2, 1996, p. 51-60 et ici p. 52, H. Blom mentionne également que les éditions lyonnaises de romans entre 1600 et 1630 ressemblent à celles de Troyes et de Rouen. Dans « Vieux romans » et « Grand Siècle ». Éditions et réceptions de la littérature chevaleresque médiévale dans la France du xviie siècle, Utrecht, Proefschrift Universiteit Utrecht, 2012, p. 81-99 et ici p. 97, elle montre de façon suggestive l’existence d’une Bibliothèque bleue lyonnaise, qui aurait perduré jusqu’en 1635, pour certains des romans de chevalerie hérités du Moyen Âge.

8 Après Venise et Paris. L’imprimerie connaît un essor important entre 1473 et 1560 à Lyon par l’existence d’un terrain intellectuel et financier propice. H.-J. Martin, dans « Le rôle de l’imprimerie lyonnaise dans le premier humanisme français », in L’Humanisme français au début de la Renaissance, Actes du colloque de Tours, Paris, Vrin, 1973, p. 81-91, récapitule les principaux facteurs du dynamisme de la ville : l’afflux d’argent à l’occasion des quatre foires annuelles, la présence de banquiers et de marchands italiens ainsi que l’absence de parlement et d’université.

9 La proportion passe de 38 à 14 % de l’ensemble des livres bleus au cours des deux siècles et demi de leur production. Elle diminue au fur et à mesure que de nouvelles formes entrent dans le fonds, comme le conte de fées à partir de 1730 et le roman sentimental au xixe siècle.

10 Le terrain est déjà largement balisé par les travaux d’histoire des mentalités et d’histoire de la lecture. Pour cerner l’horizon d’attente possible du public de la collection, L. Andries met ainsi en avant, dans La Bibliothèque bleue au dix-huitième siècle…, op. cit., p. 119-128, les catégories du moralisme - phénomènes d’éviction du bas corporel et d’allusions comiques à la religion -, du merveilleux - avec une fonction d’évasion et d’idéalisation - et du burlesque - parodie de la culture savante -, sans prétendre, comme R. Mandrou, pouvoir identifier par là les croyances et les désirs des masses populaires.

11 Les résultats ont un caractère approximatif. L. Andries (1989) et L. Andries et G Bollème (2003) ne couvrent pas la même période - de 1600 à 1800 pour l’une, et du XVIIe au XIXe siècle pour les autres - et ne répertorient pas exactement les mêmes fonds de livres bleus. Tandis que L. Andries et G. Bollème (2003) ne mentionnent aucun livre publié à Lyon, L. Andries (1989) le fait en effet et ajoute à celles des bibliothèques publiques les références trouvées dans les catalogues d’imprimeurs malgré la disparition des exemplaires. Le recensement pourrait encore être augmenté de découvertes faites dans les catalogues de vente de bibliothèques, comme le montre H. Blom pour quelques romans dans « La présence de romans de chevalerie dans les bibliothèques privées des xviie et xviiie siècles », in La Bibliothèque bleue et les littératures de colportage, Actes du colloque de Troyes des 12-13 novembre 1999, Paris, École des chartes/Troyes, La Maison du Boulanger, 2000, p. 51-67. Pour le xvie siècle, nous avons retenu les résultats de R. Cooper (1990) et de S. Cappello (2001) en les corrigeant par les données de Baudrier (1895), de S. v. Gültlingen (1992) et d’A. Pettegree, M. Walsby et A. Wilkinson (2007). Nous avons mené l’enquête pour la période de 1501 à 1600 d’un côté et de 1601 à 1850 de l’autre. Nous donnons les titres les plus courants des récits et les attributions et dates supposées des éditions quand celles-ci ne comportent pas de nom d’imprimeur ou ne sont pas datées.

12 Sur le contenu du catalogue élaboré par N. I puis par N. II Oudot, voir R. Chartier, « Stratégies éditoriales… », art. cit.

13 On retrouve ceux qu’énumère L. Andries dans La Bibliothèque bleue au dix-huitième siècle…, op. cit., p. 107-110.

14 Si deux romanzi, à savoir Morgant le Geant et Guerin Mesquin, sont toutefois repris par la dynastie des Oudot, ils ne perdurent respectivement pas au-delà de 1650 et de 1628. H. Blom, dans « La présence de romans de chevalerie… », art. cit., p. 55-56, note que ce type d’œuvres, dans les éditions du xvie siècle ou dans de nouvelles traductions, certains romans arthuriens ainsi que les continuations d’Amadis et les remaniements des histoires de Mélusine et de Geoffroy à la grand dent du xviie siècle sont cependant lus jusqu’à la Révolution. Si la présentation des œuvres savantes et populaires diffère, cela n’empêche pas que les livres précieux côtoient les livres bon marché dans la bibliothèque des particuliers aisés.

15 Selon R. Cooper, dans « ‘Nostre histoire renouvelée’ : the Reception of the Romances of Chivalry in the Renaissance », in Chivalry in the Renaissance, Sydney Anglo (dir.), Woodbridge, The Boydell Press, 1990, p. 175-193 et ici p. 176, une soixantaine de vieux romans est publiée durant le siècle. Quid alors d’Ysaie le triste, de Godefroy de Boulion, de La conqueste de Trebisonde, de La destruction de Hierusalem faicte par Vespasien - publiée dans La vie de Jesu Crist ou de façon indépendante, elle ne connaît pas moins de 12 rééditions de 1505 à 1556 -, des Troys filz de roys, de Merlin, de Maistre Regnard et Dame Hersant ou de Saintré ?

16 Nous pensons aux traductions du Peregrino de Caviceo, de la Fiammeta de Boccace, des Éthiopiques d’Héliodore et de la Diana de Montemayor. Notre Roman humaniste : un genre novateur français. 1532-1564, Paris, Champion, « Bibliothèque littéraire de la Renaissance », 2007, p. 17-27, présente les différents sous-genres romanesques diffusés entre 1500 et 1592 et en propose un inventaire (p. 447-460).

17 La confusion des remanieurs tient peut-être aussi à ce que les Grandes Cronicques inspirent certains épisodes de Gargantua, comme ceux des ravages faits par l’immense jument dans les forêts de la Beauce et du vol des cloches de Notre-Dame. Sur le caractère populaire du modèle, voir J.-P. Berlioz, « Aspects populaires des Chroniques Gargantuines », Réforme, Humanisme, Renaissance, n° 11, 1980, p. 63-74.

18 Le débat est toujours ouvert parmi les spécialistes sur l’existence ou non d’une légende se rapportant à Gargantua, ayant existé avant, pendant et après l’œuvre romanesque de Rabelais. Pour M. Huchon, dans la notice des Grandes et inestimables Cronicques, in Œuvres complètes de Rabelais, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1994, p. 1181-1183, les chroniques gargantuines ont été écrites par des lettrés qui les ont présentées fallacieusement comme issues de la tradition orale. Un élément peut faire pencher en faveur de cette hypothèse : le mélange de la matière arthurienne et de thèmes comiques dans la série.

19 Pour l’idée plus généralement d’une spécialisation des livres bleus vers l’utilitaire, comme l’atteste le succès des manuels pratiques de métiers, voir G. Bollème, La Bibliothèque bleue et la littérature de colportage, op. cit., p. 570-571.

20 N. Z. Davis, dans Les Cultures du peuple. Rituels, savoirs et résistances au xvie siècle, Paris, Aubier, 1979, chap. « L’imprimé et le peuple », p. 308-365 et ici p. 322, signale qu’une dissociation entre les lecteurs s’est faite au milieu du siècle : les gens cultivés ont préféré goûter Ésope dans les nouvelles éditions propres aux classiques de l’Antiquité et les habitants des villes dans leur ancienne version, qui a persisté jusqu’à la fin du siècle.

21 Pour les réactions des lettrés du xvie et du xviie siècle contre ces publications, voir N. Cazauran, « Les romans de chevalerie en France : entre ‘exemple’ et ‘récréation’« , in Le Roman de chevalerie au temps de la Renaissance, M. T. Jones-Davies (dir.), Paris, J. Touzot, 1987, p. 29-48, et M. Stanesco, « Châteaux en Espagne : aspects de la réception des ‘vieux romans’ à l’âge classique », Travaux de littérature, vol III, 1990, p. 41-52.

22 C’est ce dont témoignent à la fois la diffusion des Quatre filz Aymon ou de Lancelot, signalés dans l’anthologie d’extraits de Lectures françaises de la fin du Moyen Âge, éd. F. Duval, Genève, Droz, « Textes littéraires français », 2007, et, à l’autre extrémité de l’Ancien Régime, les récritures effectuées à partir des années 1750 par le marquis de Paulmy et le comte de Tressan dans la Bibliothèque universelle des Romans ainsi que la nouvelle Bibliothèque bleue de Jean Castilhon publiée en 1770, qui adapte les romans bleus aux normes de la bienséance et les rationalise.

23 Pour l’inventaire quantitatif des romans de chevalerie publiés entre 1500 et 1592, nous nous appuierons sur notre recensement dans Le Roman humaniste […], op. cit., p. 449-454, et pour le détail - même incomplet - de leurs éditions sur la liste raisonnée de R. Cooper (1990) et sur les données de S. Cappello (2001). La base ELR (http://www.rhr16.fr/base-elr) recense les éditions de romans en général publiés à Lyon entre 1501 et 1600.

24 Année où Michel Le Noir publie Hercules. Pour Galien les choses se discutent car l’édition de Jean de Vingle, qui exerce à la même époque qu’Antoine Vérard, n’est pas datée. Suivent Alexandre le Grand et Huon de Bordeaulx chez le même imprimeur en 1506.

25 Les deux villes se reprennent mutuellement les titres qu’elles publient. Les Genevois Adam Steinchaber et Louis Garbin mettent en incunable Fierabras, Melusine et Olivier de Castille et Artus d’Algarbe.

26 L’istoire de pierre de Provence et de la belle maguelonne, s. l. n. d. [Lyon, Guillaume Le Roy pour Barthélemy Buyer, c. 1477-1479] et La belle maguelonne, Lyon, Guillaume Le Roy, s. d. [c. 1483]. Seule la version courte, datant d’environ 1483, est réimprimée dès l’année suivante par Martin Huss à Lyon et à partir de 1493 par Jean Trepperel à Paris.

27 S. l. n. d. [Lyon, c. 1485].

28 Selon H.-J. Martin, dans Le Siècle d’or de l’imprimerie lyonnaise, Paris, Éditions du Chêne, 1972, p. 42, parmi les incunables lyonnais parvenus jusqu’à nous, 45 % sont des livres en langue vernaculaire ; parmi ceux-là 33,5 % relèvent du domaine des belles-lettres, lui-même constitué à 10,5 % de romans de chevalerie. En 1500, la ville imprime 81 titres contre 91 pour Paris, comme le rappelle le dossier « Autour du livre à Lyon au xve et au début du xvie siècle » de la Revue française d’histoire du livre, n° 118-121, 2003, p. 191-275 et ici p. 192.

29 Jehan de Paris, veuve Claude Nourry, s. d. [c. 1533-1534].

30 Respectivement 1524 et 1528, 1531 et 1553, 1538 et 1551, 1545 et s. d.

31 Il s’agit d’Hector paru s. d., de Guerin Mesquin en 1530, sous forme traduite, et de Guillaume de Palerne en 1552. Pour Geoffroy à la grand Dent, la question se pose de l’antériorité éventuelle de l’édition de Jean Trepperel, publiée entre 1527 et 1532, alors que celle d’Arnoullet est approximativement datable de 1530.

32 Le premier publie en tout six romans, les seconds deux, dont Les quatre filz Aymon, et le dernier seulement Paris et Vienne.

33 Il en va de même pour Jean de Tournes. Sur environ 500 éditions, celui-ci donne quelques recueils de mythes, de fables et de nouvelles, un roman sentimental et un roman de chevalerie créé récemment à Lyon, Philandre de Jean des Gouttes.

34 Par Nourry, par G. et J. Huguetan et peut-être par O. Arnoullet.

35 C’est un des plus gros succès du xvie siècle : il connaît 13 éditions.

36 Prenons quelques exemples : Histoire des nobles prouesses et vaillances de Galien restauré > Histoire des nobles prouesses de Gallien restauré ; La terrible et merveilleuse vie de Robert le diable > La terrible et merveilleuse vie de Robert le Diable ; Les gestes, faits et notables conquestes du […] chevalier Geoffroy à la grand dent > Les gestes, faits et conquestes du vaillant […] Geoffroy à la Grand Dent ; Histoire du noble et vaillant chevalier Paris et de la belle Vienne > L’histoire du noble et vaillant chevalier Paris et de la belle Vienne.

37 À l’exception toutefois de Thibaud Payen, qui publie Palmerin d’Angleterre dans la traduction récente de Jacques Vincent en 1553 [n. s.], et de François Arnoullet, qui a repris Palmerin d’Olive en 1577. La situation change ensuite : à partir du quinzième livre en 1577, Amadis paraît d’abord à Lyon.

38 C’est tout de même le cas de Milles et Amys et de Guillaume de Palerme, qui ont, eux, une place dans la Bibliothèque bleue.

39 Ces phénomènes de concurrence sont signalés par R. Cooper, dans « Le roman à Lyon sous François Ier : Symphorien Champier et Jean des Gouttes », in Il Romanzo nella Francia del Rinascimento : dall’eredità medievale all’Astrea, Actes du colloque de Gargnano des 7-9 octobre 1993, Fasano, Schena, 1996, p. 109-126 et ici p. 109.

40 L’examen comparatif des titres est le meilleur indicatif pour ces deux derniers romans. Le titre parisien du Chevalier doré est proche de celui de l’édition de 1611 de N. Oudot, L’Hystoire du chevalier aux armes dorée et Bethides et de la pucelle surnommée Cueur d’acier, alors que celles de Lyon s’intitulent systématiquement La plaisante et amoureuse histoire du chevalier doré. Si l’édition princeps lyonnaise de la Belle Heleine est proposée sous le titre Le rommant de la belle Helayne de Constantinople, celles d’Arnoullet et de Rigaud s’intitulent simplement La belle Helayne de Constantinoble, alors que celles de la veuve Jean Bonfons et de N. Bonfons gardent le titre d’origine ; vers 1630 l’atelier de N. Oudot semble s’inspirer de leur libellé tout en transformant le terme Rommant en Histoire.

41 C’est à la même conclusion de besoin d’études de cas qu’arrive H. Blom dans « Vieux romans » et « Grand Siècle »…, op. cit., p. 118-122. Elle montre en tout cas que les « sources » de la collection de imprimeurs troyens ne sont pas nécessairement le fonds des prédécesseurs directs des Oudot, à savoir les Bonfons : les Oudot ont emprunté des imprimeurs parisiens antérieurs et à des Lyonnais, notamment Rigaud.

42 Pour ce qui est de Rigaud, dont le catalogue des vieux romans est à une exception près - Guerin de Montglave - repris à l’identique, ils se sont contentés de supprimer les traductions de libros de caballerías.

43 Les débats ont fusé autour de la question de l’existence ou non d’une « littérature populaire », comme le rappelle, A.-M. Thiesse dans le Dictionnaire du littéraire, dir. P. Aron, D Saint-Jacques et A. Viala, Paris, P.U.F., « Quadrige/Poche », 2002, p. 458-459. Pour R. Mandrou, il existerait des œuvres conçues spécialement pour le peuple et, puisque lues par lui, capables de révéler ses pensées et ses désirs. R. Chartier a contesté salutairement cette idée, d’obédience marxiste, d’une littérature spécifique en montrant que les livres bleus ont été consultés jusqu’à au moins la fin du xviie siècle par les milieux demi-lettrés des villes - petits nobles, gros et petits bourgeois, marchands, etc. - et ensuite seulement par le menu peuple urbain puis campagnard. Rangeons-nous donc à la conclusion qu’il formule dans « Stratégies éditoriales… », art. cit., p. 120 : la relation à l’imprimé est identique dans toutes les classes sociales mais par le formatage que lui font subir les éditeurs champenois « le livre devient signe de distinction et porteur d’une identité culturelle », en l’occurrence de type populaire.

44 Les deux aspects recoupent partiellement ce que G. Genette appelle, dans Seuils, Paris, Seuil, « Points », 1987, p. 11, le « péritexte », c’est-à-dire les éléments qui entourent le texte dans le volume même et qui peuvent être, pour certains, placés sous la responsabilité principale de l’éditeur : titre principal, préface, intertitres, notes, etc.

45 Elle se réduit progressivement à l’in-8 et à l’in-16. Ce n’est que plus tard qu’elle correspondra à l’in-12 et à l’in-32, formats parfaitement adaptés à la hotte du colporteur.

46 C’est aussi le cas au xviie siècle mais en proportion différente : le nombre moyen de pages des livres bleus est de 50 feuillets ; les romans en comportent jusqu’à 150. On voit par là une des interventions des éditeurs troyens : la réduction et la simplification du récit.

47 W. Kemp, dans « L’édition illicite du Jugement d’amour de Juan de Florès (1530) de Laurent Hyllaire et l’univers du livre à Lyon à la fin des années 1520 », Revue française d’histoire du livre, n° 118-121, 2003, p. 277-295, précise que les premiers romans à utiliser le romain sont lyonnais et qu’il s’agit de romans sentimentaux. Dans « ‘Nostre histoire renouvelée’… », art. cit., p. 77-78, R. Cooper oppose la présentation des récits médiévaux à celle des Amadis, publiés en in-folio et en romain ; il constate aussi quelques exceptions, qu’il attribue à une attitude de mimétisme.

48 Voir la description que fait B. Wahlen de Guiron publié par Vérard vers 1501, dans « Du manuscrit à l’imprimé : le cas de Guiron le Courtois », in Du Roman courtois au roman baroque, Actes du colloque de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines des 2-5 juillet 2002, E. Bury et F. Mora (dir.), Paris, Les Belles Lettres, 2004, p. 233-249 et ici p. 234-235. On pourrait également évoquer la somptueuse édition des Quatre filz Aymon que Nourry imprime à partir de 1506.

49 L’Hystoire du noble et preulx vaillant chevalier Guillaume de Palerne, lequel […] fut filz du roy de Cecille, et par fortune et merveilleuse adventure devint vacher. Et finablement fut filz de l’empereur de Romme […]. Selon G. Bollème, dans La Bibliothèque bleue. Littérature de colportage, op. cit., p. 571, l’anonymat et l’annonce d’une manière de vivre mieux et d’être heureux constituent un des appâts des livres bleus tous genres confondus.

50 Son édition d’Ogier le Danoys par exemple est déjà en petit format en 1579, alors que l’édition de N. Bonfons de 1583 est toujours en in-4.

51 Il s’agit d’un chevalier sur sa monture. On trouve la même au début du Baudouyn s. d. [c. 1520] d’Arnoullet, preuve que l’illustration n’a plus vraiment d’autre fonction que de faire rêver.

52 Les Grandes et inestimables cronicques du grant et enorme geant Gargantua, contenant sa genealogie, la grandeur et la force de son corps, aussi les merveilleux faictz d’armes qu’il fist pour le roy Artus, s. l. n. n. [Lyon, B. Chaussard], 1532.

53 Ils le seront jusqu’en 1542 chez Juste pour les éditions de Rabelais.

54 Pour le même type de constats ainsi que celui d’un raccourcissement de la trame et d’une simplification phrastique au sujet d’une autre production de l’imprimeur, voir C. Picford, « Benoist Rigaud et le Lancelot du Lac de 1591 », in Mélanges de langue et de littérature du Moyen Âge et de la Renaissance offerts à Jean Frappier, 2 t., Genève, Droz, 1970, t. 2, p. 903-911.

55 Parmi les types d’interventions opérées au moment du passage de livres anciens dans la Bibliothèque bleue, R. Chartier repère ainsi, dans « Les livres bleus », art. cit., p. 256-257, la modification de la présentation du texte, dans le but de faciliter une lecture discontinue. Il y ajoute l’allègement éventuel et limité du nombre des épisodes, pour éviter les intrigues touffues demandant une exacte mémorisation, la modernisation linguistique, pour faciliter la compréhension du sens littéral des textes, et l’euphémisation de certains passages, pour être en conformité avec la morale catholique.

56 Voir à ce sujet notre article « Pierre de Provence revisité : un roman de chevalerie à succès à la Renaissance », in Accès aux textes médiévaux du Moyen Âge au xviiie siècle, Actes du colloque de Rouen des 11-13 décembre 2008, dir. M. Guéret-Laferté et Cl. Poulouin, Paris, Champion, 2012, p. 173-195.

57 Les conclusions sont limitées par la perte de la plupart des imprimés de la Renaissance. Selon les repérages effectués par H. Blom dans « Pierre de Provence et la réception […] », art. cit., p. 56, il y aurait la mise en place d’une double tradition éditoriale pour le roman à la fin du xve siècle, que le siècle suivant répercuterait : l’édition de Trepperel se fonderait sur une édition proche de celle de Le Roy d’environ 1483, tandis que celles de Lyon se fonderaient sur une édition proche de celle de Pierre Bouteiller - qui est selon nous celle de Le Roy datant d’environ 1485. Lyon diffusera encore le roman sous forme bleue : Jean Didier en 1625, Claude Chastelard en 1630 et Claude Chancey en 1665 donnent, semble-t-il, des copies assez fidèles des éditions lyonnaises du xve ou du xvie siècle.

58 La question difficile à trancher de l’origine au xve ou au xvie siècle du séquençage des romans bleus incite alors à la plus grande prudence. Dans « La représentation du surnaturel dans les récritures de Robert le diable », in La Bibliothèque bleue et les littératures de colportage, op. cit., p. 149-159 et ici p. 150, E. Gaucher parle ainsi peut-être hâtivement par exemple d’une copie par Pierre Piot de Troyes vers 1620 de l’édition de P. Maréchal et de B. Chaussard de Robert le Dyable. Le roman est en effet repris à la Renaissance par Pierre Reberget, par les héritiers de Chaussard et par Rigaud.

59 Reprenons le cas de Pierre de Provence. Si la première édition de la version courte de l’histoire modifie - surtout au début - un manuscrit qui a déjà abrégé le roman, celle de Trepperel de 1493 intervient beaucoup moins. Elle se contente de changements ponctuels et irréguliers : l’incunable change, par exemple, « est encores à présent appelée » en « est encores appelée » et « estrangier » en « qui est de pays estrange ».

60 L’édition que Jean de Channey donne en 1524 à Avignon reprend ainsi à celle de 1493 « vous dicte », « laissons à parler de pierre, car bien nous y trouverons » et « la comtesse le [ = un sendal rouge] print et le despouilla de sa povre main et trouva les troys aneaulx ». L’édition s. l. n. d. [c. 1500] corrige au contraire en « vous dictes », « nous y tournerons » et « le print et le desploya ».

61 C’est ce que prouve l’examen par M.-D. Leclerc, dans « À la recherche du livre perdu : identification de quelques bois gravés dans la Bibliothèque bleue de Troyes », in La Bibliothèque bleue et les littératures de colportage, op. cit., p. 109-129, des illustrations de plusieurs romans de chevalerie bleus. Un lot d’images est apparu dans la collection à partir de 1611 repris aux Subtiles Fables d’Ésope publiées à Lyon chez Matthieu Husz en 1486. Le plus probable est que N. I Oudot a fait l’acquisition d’un fonds de bois gravés d’un atelier d’une autre ville ayant imprimé l’œuvre au xvie siècle.

62 Par Jean Huguetan. Pour l’analyse des filiations éditoriales des versions du roman et l’idée que Jean Huguetan a retouché une édition de N. Bonfons sans s’inspirer de celle des Oudot, qui reprennent pour leur part une autre édition de Bonfons, voir H. Bouquin, « L’illustration du roman de Mélusine dans la Bibliothèque bleue (xviie-début xviiie siècle) », ibid., p. 139-147 et ici p. 140-141.

63 « Pierre de Provence et la réception… », art. cit., p. 57.

64 La Bibliothèque bleue au dix-huitième siècle…, op. cit., p. 11.

65 Les critères de définition de la Bibliothèque bleue donnés par L. Andries, ibid., p. 33, à savoir des caractéristiques formelles, une production prise en charge par des imprimeurs spécialisés et un ensemble de titres, relativement stable d’un centre d’impression à l’autre, peuvent donc être maintenus, à condition de donner tout son poids au premier d’entre eux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascale Mounier, « Les antécédents lyonnais de la Bibliothèque bleue au xvie siècle : la constitution d’un romanesque pour le grand public », Littératures, 72 | 2015, 191-216.

Référence électronique

Pascale Mounier, « Les antécédents lyonnais de la Bibliothèque bleue au xvie siècle : la constitution d’un romanesque pour le grand public », Littératures [En ligne], 72 | 2015, mis en ligne le 07 décembre 2015, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://litteratures.revues.org/394 ; DOI : 10.4000/litteratures.394

Haut de page

Auteur

Pascale Mounier

Maître de conférences en langue et littérature française du xvie siècle à l'Université de Caen. Elle s’intéresse au roman au xvie siècle. Elle étudie les manifestations de la créativité française et les traits matériels et linguistiques des œuvres médiévales rééditées et des récits italiens et espagnols traduits. Elle a publié Le Roman humaniste : un genre novateur français. 1532-1564 (Champion, 2007) et coédité, avec Janine Incardona, une version bilingue d’Urbain (Droz, 2013).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Littératures est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • Revues.org