Navigation – Plan du site
Deuxième dossier : Stratégies éditoriales et littérature de grande diffusion (XVIe-XVIIe siècles)

Présentation

Jean-François Courouau
p. 187-189

Texte intégral

1Depuis le milieu des années 1960, les travaux sur ce qu’on a appelé la « littérature populaire » de l’Ancien Régime ont été nombreux. On est revenu des théories marxisantes de Robert Mandrou pour qui les livrets de mauvaise facture, imprimés principalement dans le cadre de la Bibliothèque bleue de Troyes, illustraient la « culture du peuple ». Par une étude détaillée de cette production, Geneviève Bollème (1969, 1986) et Lise Andries (1989, 1994), puis Roger Chartier (1982, 1987, 1992, 1996), ont déterminé les caractéristiques matérielles (petit format, prix peu élevé, mauvais papier) et thématiques de cette abondante production. On ne fait pas entrer n’importe quel titre dans la Bibliothèque bleue. Une sélection est opérée qui privilégie, par exemple, des ouvrages utilitaires (almanachs, canards) ou des romans datant de la fin du Moyen Âge. À l’aide d’exemples précis, Roger Chartier a relevé les différents types d’interventions pratiquées par les éditeurs troyens : interventions d’ordre typographique et linguistique destinées à faciliter la lecture, réductions et simplifications pour éviter les longueurs, élimination des thématiques liées au bas corporel et mise en conformité avec l’idéologie catholique dominante. Plus récemment, Helwi Blom (2000) a relevé que, loin de faire l’objet, comme on l’a longtemps cru, d’un mépris généralisé de la part des élites lettrées et mondaines, ces ouvrages avaient pu retenir l’attention de lecteurs et de lectrices davantage rompus à une littérature de haute volée, mais dont on peut penser qu’ils ne dédaignaient pas, à l’occasion, sinon de lire, du moins de conserver ces modestes productions. Les efforts du marquis de Paulmy, du comte de Tressan et du journaliste Jean Castilhon, dans les années 1770, pour remettre au goût du jour quelques-uns des « romans bleus » ne constituent sans doute qu’une manifestation spectaculaire d’un intérêt dont on peut penser qu’il a probablement été plus partagé, dans les sphères élitaires, que ce que les déclarations conservées, volontairement méprisantes, pourraient laisser penser. « Populaire », cette littérature ne l’est vraisemblablement pas tant que cela et si on considère que le critère la définissant est surtout constitué par son prix et donc sa diffusion, c’est alors de « littérature de grande diffusion » qu’il conviendrait de parler.

2Par les choix qu’ils font, d’un titre, d’un texte, d’un format…, les imprimeurs actifs dans cette voie de la littérature de grande diffusion, définissent des stratégies éditoriales. Les contributions ici rassemblées permettent de porter un regard que nous souhaitons renouvelé sur ces entreprises dont on aurait tort d’oublier qu’elles sont d’abord et avant tout commerciales. Pascale Mounier établit de façon certaine que le fonds de la Bibliothèque bleue du xviie siècle est directement dérivé des choix éditoriaux effectués par les imprimeurs lyonnais (Chaussard, Arnoullet, Nourry, Rigaud…) du siècle précédent et parfois même du temps des incunables. À travers l’itinéraire d’un best-seller de l’époque, un guide destiné aux pèlerins en Terre Sainte, d’abord publié à Venise en 1518, puis réédité 39 fois jusqu’à 1800, Jean-Luc Nardone restitue la complexité des circulations, à la fois à un niveau vertical, diachronique, avec des textes remontant au xive siècle, et horizontal, plus ou moins synchronique, au contact des domaines germanique et italien. La diversité linguistique, de la France comme de l’Europe, n’est pas un obstacle à la diffusion des œuvres, on le sait. La Bibliothèque bleue est pourtant un phénomène qui touche davantage, au moins au xviie siècle, la moitié nord de la France que le domaine d’oc. À côté des textes en français, sans doute également lus dans le Midi, une production, encore très mal connue, existe en occitan. Philippe Gardy s’intéresse à deux recueils parus, probablement à Marseille, au milieu du xviie siècle, dont certains textes qu’ils renferment seront appelés, au siècle suivant, sous la forme de brochures, à une vaste diffusion dans une aire culturelle où la connaissance de l’occitan reste supérieure, au niveau général de la population, à celle du français. Pour ma part, j’examine l’adaptation que le ou les maîtres d’œuvre de ces deux recueils provençaux ont fait subir à des productions antérieures, rare exemple de tansdialectalisation au xviie siècle.

3En cinquante ans, nos connaissances ont assurément progressé sur cette question qui n’a rien de secondaire puisqu’elle touche, non pas nécessairement aux grandes réussites esthétiques de la littérature, à ses chefs-d’œuvre les plus prestigieux, mais à la réalité effective des pratiques liées à l’édition de centaines d’ouvrages destinés à la lecture par quantité de Français anonymes. Loin d’être close, l’investigation demande à être poursuivie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Courouau, « Présentation », Littératures, 72 | 2015, 187-189.

Référence électronique

Jean-François Courouau, « Présentation », Littératures [En ligne], 72 | 2015, mis en ligne le 07 décembre 2015, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://litteratures.revues.org/392

Haut de page

Auteur

Jean-François Courouau

Maître de conférences habilité à diriger des recherches en littérature occitane moderne à l’Université Toulouse-Jean Jaurès. Il a publé plusieurs articles et ouvrages sur la littérature occitane des xvie et xviie siècles (Moun lengatge bèl. Les choix linguistiques minoritaires. 1490-1660, Genève, Droz, 2008 ; Et non autrement. Marginalisation et résistances des langues de France (xvie-xviie siècle), Genève, Droz, 2012).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Littératures est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • Revues.org