Navigation – Plan du site
Dossier - Les irréguliers, un autre après-guerre

Un irrégulier sous l’Occupation

Une tentative de lecture historique du Pain des rêves de Louis Guilloux
Jacques Cantier
p. 31-40

Résumé

L’article se propose d’éclairer l’irrégularité de Louis Guilloux au prisme d’un roman rédigé dans les premiers mois de l’Occupation et publié en 1942 chez Gallimard, Le Pain des rêves. Ce livre permet de souligner la singularité de la position dans le champ littéraire de la période d’un franc-tireur des lettres, éprouvé par les combats des années trente et éloigné de la capitale. Ce récit d’une enfance pauvre dans une ville bretonne de la Belle Époque est révélateur de la volonté de Guilloux de poursuivre, au-delà des écoles, une œuvre personnelle et de l’équilibre fragile d’un art qui cherche à dire l’amour des pauvres sans tomber dans le misérabilisme ni l’idéalisation.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Romain Rolland, Journal de Vézelay 1938-1944, Paris, Bartillat, 2013, p. 243.

1Le 15 août 1939, alors que les menaces d’une guerre européenne se précisent, Louis Guilloux, accompagné de son ami Henri Petit, rend visite à Romain Rolland installé depuis quelques mois à Vézelay au cœur de sa Bourgogne natale. Dans son journal, l’auteur de Jean-Christophe dresse de son invité un portrait saisissant. « Un petit homme, à la face tourmentée, un peu hirsute, mal barbue, style Péguy ou Guéhenno, avec qui il me paraît un peu apparenté. Il est de ceux qui ont perdu pied dans le torrent de l’époque, et qui sont ravagés : ils ont perdu toutes leurs fois, et ils ne trouvent rien pour les remplacer. […] Il vit à Saint-Brieuc et dans la gêne, car il n’a d’autre instrument de travail que la littérature ; et elle ne nourrit point, à cette heure. Depuis un an, il s’est voué à la cause des réfugiés républicains espagnols, et il a assisté, avec souffrance, avec révolte, avec honte, à leur expulsion de sa province, pour les expédier à leurs bourreaux, à Bilbao et à Barcelone. On sent qu’il en reste brûlé d’opprobre pour son pays1. » Dans cette image d’un écrivain en souffrance, traversé par son époque mais privé du secours des fois consolatrices et des réassurances prodiguées par l’engagement partisan, sans doute peut-on voir une des figures de l’irrégulier que notre dossier a retenu comme objet d’étude. L’entrée en guerre, la débâcle, l’occupation de Saint-Brieuc contribuent à accroître le malaise de Louis Guilloux. Un roman publié au printemps 1942, Le Pain des rêves, sera le reflet de ce temps de solitude et de retour sur soi. C’est à la lumière de cet ouvrage que l’on va tenter de mieux cerner une irrégularité qui se manifeste tant dans la position de l’écrivain dans le champ intellectuel de la période que dans la singularité de son projet littéraire.

Situation : Guilloux, un irrégulier au tournant des années quarante

  • 2 Cité par Francine Dugast-Portes « Les anamorphoses du « je » dans Le Pain des rêves et Le Jeu de pa (...)
  • 3 Pour les aspects biographiques voir Yves Loisel, Louis Guilloux. Biographie, Spézet, Éditions Coop (...)

2Guilloux note en mars 1938, dans ses carnets, « que l’œuvre qui se propose d’exprimer les domaines de l’enfance peut aussi s’expliquer (dans sa genèse) par le sentiment d’une rupture (voulue, subie ou désirée) d’un homme avec son époque2 ». Ce sentiment traverse le parcours de Louis Guilloux mais s’accentue à la fin des années trente. Un détour biographique permettrait de repérer très tôt l’acte fondateur de cette irrégularité dans la décision prise – sans doute à la fin de la classe de seconde en 19173 – de renoncer à la bourse d’études qui lui avait ouvert les portes du secondaire. Rendant à la société l’aumône parcimonieusement distribuée à 4 des 300 élèves du lycée de Saint-Brieuc, le fils du cordonnier socialiste refuse de devenir le « bourgeois de la famille ». Il ne sera pas le « bon boursier » témoignant par son ascension sociale des vertus émancipatrices de la méritocratie républicaine. Il évoquera plus volontiers la dureté de l’institution scolaire, les maîtres du primaire apprenant à coups de taloche les principes de la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen comme le père Coco du Pain des rêves ou les professeurs du secondaire rappelant le boursier à son devoir de gratitude. C’est en autodidacte que Louis Guilloux finit de construire sa culture en chinant lors de la foire Saint-Michel, en explorant les fonds de la bibliothèque municipale de Saint-Brieuc ou en profitant de l’invitation à venir puiser dans la bibliothèque d’une famille de la bourgeoisie progressiste de la ville, en discutant librement avec Georges Palante et Edmond Lambert, Jean Grenier, Guéhenno ou Malraux.

  • 4 Jean Guéhenno-Louis Guilloux Correspondance (1927-1967). Les paradoxes d’une amitié, édition établi (...)
  • 5 Voir Michel Ragon, Histoire de la littérature prolétarienne de langue française, Paris, Albin Miche (...)
  • 6 Cité dans Louis Guilloux D’une guerre l’autre, op. cit, p. 53.
  • 7 Yves Loisel, Louis Guilloux, op. cit., p. 159.

3De cette irrégularité fondatrice découlent un certain nombre de tensions. On notera ainsi la réactivation régulière de la contradiction entre l’attachement au milieu des origines et la nécessité de se situer dans le monde de la culture que les ambitions littéraires de Guilloux vont l’amener à côtoyer. En témoigne de façon aiguë une lettre du 4 mars 1931 envoyée à un Jean Guéhenno confronté à la même problématique : « Souvent, je me dis, avec un amer regret, que toi et moi, nous aurions fait deux bons camarades d’échoppe, l’un à côté de l’autre, nous eussions fait du cousu main, le neuf et la bricole comme nos pères, et à ce compte-là, nous n’aurions risqué que d’être plus complètement et sans doute plus continûment nous-mêmes que nous ne le serons jamais4. » Homme de navettes, Guilloux oscille entre sa ville natale et la capitale où se concentrent les salons, les revues, les maisons d’éditions qui donnent les clefs de la vie littéraire. Lorsque Saint-Brieuc et ses mesquineries provinciales l’étouffent, l’échappée parisienne apparaît comme une fuite salvatrice. Lorsque Paris et ses mondanités l’épuisent, le bureau de la rue Lavoisier dominant comme une vigie la ville et la mer apparaît comme un refuge. Le refus obstiné des écoles et des disciplines partisanes contribue également de faire de Guilloux un irrégulier. Entré en littérature en 1927 avec La Maison du peuple, tableau des luttes menée au début du siècle par son père et ses camarades, il refuse obstinément d’être récupéré par les tenants de la littérature prolétarienne comme par ceux de la littérature populiste, écoles rivales mais prétendant l’une et l’autre placer la peinture des milieux populaires au cœur de la création5. Se réclamer d’un manifeste ou d’un programme, circonscrire sa palette à un secteur clairement délimité lui semble en effet une amputation réductrice de son projet littéraire. Dans un courrier à Romain Rolland de janvier 1931, il explique ainsi qu’il ne saurait se définir comme écrivain prolétarien et que les hommes qu’il a voulu peindre ne sont pas seulement des prolétaires mais « des hommes douloureux ou joyeux, toujours en attente et pour ainsi dire hors du temps6 ». Secrétaire du grand congrès des écrivains pour la défense de la culture, il se garde d’institutionnaliser son engagement par l’adhésion à l’un des partis du Front Populaire. Compagnon de Gide lors du voyage en URSS durant l’été 1936, il choisit d’abréger un périple lourd d’ambiguïtés puis s’enferme dans le silence. Désillusionné sur la « patrie du socialisme », il a visiblement scrupule dans le contexte de la guerre d’Espagne et de la montée des périls d’affaiblir l’image de la Russie soviétique. Il refuse tout autant de s’associer à la campagne de dénigrement montée contre Gide par Aragon, quitte à perdre le poste de responsable des pages littéraires dans le quotidien Ce Soir qui lui avait été accordé quelques temps plus tôt. Mal à l’aise dans la posture de l’intellectuel engagé, il trouve plus de satisfaction dans l’action concrète d’assistance aux réfugiés espagnols chassés d’abord par la répression de la révolte des Asturies puis par la guerre civile. Délégué départemental du secours rouge des Côtes du Nord, il travaille sans exclusive aux côtés de militants communistes, socialistes et chrétiens – il se lie ainsi avec un prêtre soucieux d’engagement social l’abbé Vallée. Lorsque le secrétaire général de la préfecture s’irrite de ses méthodes de « franc-tireur », il reçoit le titre comme un hommage lui qui ne peut militer « qu’à son compte »7.

  • 8 Louis Guilloux, Carnets 1921-1944, Paris, Gallimard, 1978, p. 268.
  • 9 Gaston Gallimard considérait que le premier titre semblait annoncer un essai ou un poème en prose e (...)
  • 10 Voir la Correspondance Jean Paulhan-Louis Guilloux 1929-1962, op. cit. Paulhan engagé dès la fin de (...)
  • 11 Christian Bougeard, « Le parcours et les engagements de Louis Guilloux dans les enjeux de son temps (...)

4Après la défaite de 1940, l’isolement forcé de Guilloux le ramène au projet de livre évoqué en 1938 dans ses carnets qu’il pense appeler à cette date Images du Paradis. Il en reprend la rédaction à la fin de 1940 et signale l’achèvement le 8 mars 19418. Éloigné de Paris depuis des mois, Guilloux est resté à l’écart de la réorganisation de la vie littéraire survenue depuis l’Occupation. En septembre 1940 une convention de censure a été signée entre les autorités d’occupation et le Syndicat National des Éditeurs qui vise à exclure toute publication contraire aux intérêts du Reich. Une liste de plus de 1 000 ouvrages interdits y a été adjointe : la fameuse liste Otto. En décembre 1940 la NRF qui avait interrompu sa publication en juin est ressortie sous la direction de l’écrivain Pierre Drieu la Rochelle qui entend la mettre au service de la collaboration intellectuelle. Peut-on s’accommoder d’un cadre aussi contraignant ? Un dégradé de réponses a été apporté par les contemporains : activisme des partisans de l’Ordre nouveau, zèle intéressé d’opportunistes à la recherche de places à prendre, repli vers une littérature de l’inactuel de ceux qui veulent continuer à publier sans pour autant se compromettre. Jean Guéhenno, ami de Guilloux depuis la fin des années vingt, appartient au petit cercle de ceux qui ont refusé toute concession, se réfugiant dans l’écriture de soi du journal intime et la préparation d’une biographie de Rousseau dont il réserve la publication à des temps meilleurs. Sans doute a-t-il fait part de sa vision des choses dans la visite à Guilloux qu’il effectue en juin 1941. Il a accepté toutefois de lire le manuscrit de son ami puis de le transmettre à son retour à Paris à Paulhan qui a perdu le contrôle de la NRF mais siège toujours au comité de lecture de Gallimard. À l’automne 1941, Paulhan accuse réception et interroge Guilloux sur ses intentions. Après un temps d’hésitation, celui-ci opte pour la publication. Le 26 octobre il annonce sa décision à Guéhenno : « Tout bien pesé, je crois qu’il vaut mieux publier, qu’il vaut mieux être vivant que mort et qu’un ouvrage de cette nature et sur ce thème ne sert ni ne dessert personne ». Images du Paradis rebaptisé à la demande de Gaston Gallimard Le Pain des rêves sort donc en mars 1942, précédé par la prépublication d’un extrait dans la NRF de février9. Guilloux donnera aussi deux contes à l’hebdomadaire Comœdia. Moins intransigeant que Guéhenno, convaincu qu’en aucun cas ses textes ne pouvaient se prêter à une récupération au service de l’ordre nouveau, il se rallie à l’opinion de Paulhan qui pense que l’écrivain « terriblement responsable » de ses écrits, ne l’est pas de ceux qui publient à côté de lui10. L’aide que Guilloux apportera à la résistance bretonne en hébergeant chez lui une jeune militante communiste ou en favorisant grâce aux connaissances acquises avant-guerre le rapprochement des différentes branches l’exonère par ailleurs du soupçon d’attentisme11.

Singularité d’une voix, complexité d’un projet littéraire, difficulté de la réception : Le Pain des rêves dans l’univers romanesque de Louis Guilloux

  • 12 Son prénom n’est pas connu, le nom de famille Lhotellier n’apparaît que de façon fortuite lorsque l (...)

5Dans Le Pain des rêves un narrateur presque anonyme12 revient sur une enfance pauvre dans une petite ville bretonne à la veille de la Grande Guerre. La première partie est dominée par la figure du grand-père, contraint de reprendre jusqu’à en mourir d’épuisement son métier de rapetasseur pour subvenir aux besoins de la famille abandonnée par son fils. La deuxième partie est dominée par les bouleversements provoqués dans la famille par le retour des colonies d’un parent éloigné le « pauvre Michel » et de sa redoutable et séduisante épouse, la cousine Zabelle. En arrière-plan des deux parties se dégage la figure discrète et attachante d’une mère veillant jusqu’à l’oubli de soi sur les siens. Roman presque sans intrigue, le livre semble voué tout entier à l’art du conteur. L’apparente simplicité de la narration recouvre toutefois une écriture plus complexe qu’il n’y paraît et une volonté manifeste de Guilloux l’irrégulier de jouer avec de multiples genres littéraires sans se laisser emprisonner par eux.

  • 13 Claire Bustaret, « La matière graphique des manuscrits de Louis Guilloux », dans L’atelier, op. cit (...)

6Un certain nombre de tensions traversent ainsi l’œuvre. Le récit oscille en permanence entre effet de réel et sens du mystère. Par bien des traits le roman pourrait s’inscrire dans la veine naturaliste et être lu comme un témoignage sur les conditions de vie des milieux les plus défavorisés de la société de la Belle Époque. Il en va ainsi des descriptions de la bâtisse ruineuse située au fond d’une cour puante où vit, dans une écurie plus décrépite qu’au temps où elle logeait des chevaux, la famille du narrateur. Le réel le plus prosaïque et le plus trivial se dévoile dans la lutte toujours à recommencer contre les punaises de lit dont les piqûres troublent le sommeil de la maisonnée ou dans les scènes d’épouillage qui occupent les heures du repos dominical. On pense ici aux rapports des hygiénistes du xixe siècle comme ceux des docteurs Guépin et Bonamy évoquant les caves sinistres de Nantes sous la Monarchie de Juillet. L’évocation de la géographie urbaine relève également de cet effet de réel inspiré peut-être à Louis Guilloux par le matériel iconographique – cartes postales anciennes notamment – qu’il incorporait au manuscrit de ses romans13. La topographie dégradée de la rue du tonneau, le sas de la place aux ours, les sombres périphéries que parcourt le grand-père, la percée lumineuse de la rue Saint-Yves et de ses cafés bourgeois, évoquent de façon sensible le zonage social de l’espace urbain. L’art de Guilloux transcende toutefois cette approche réaliste par une écriture poétique et un goût de l’ellipse. Les descriptions minutieuses se combinent avec le maintien de larges parts d’ombre. L’identité et la situation présente du narrateur ne sont ainsi jamais précisées. La fratrie qui l’entoure dans le récit garde son mystère. Le petit infirme Pélo et le marin Daniel sont certes individualisés mais la présence d’autres frères est également évoquée qui ne sont ni nommés ni dénombrés. Prompt à laisser voguer son imagination à partir des récits historiques qu’il entend à l’école, confessant le désir d’aventure que lui inspirent la littérature populaire ou l’échappée vers les horizons lointains de certains membres de la famille, le narrateur entoure son récit d’un halo onirique qui l’éloigne de la tradition naturaliste.

  • 14 Louis Guilloux, Le Pain des rêves, Paris, Gallimard, 1942 ; pour les présentes références : Folio, (...)
  • 15 Ibid., p. 33.

7Une dialectique de la tendresse et de la violence parcourt également le livre. « Je doute qu’aucun amour ne vaille celui des pauvres » écrit le narrateur14. Les signes de cet amour abondent tout au long du récit. Toute la première partie joue sur le contraste entre la précarité extrême de la situation matérielle de la famille et la force des liens qui unit ses membres, entre l’atmosphère pesante et triste qui pèse sur la maisonnée et les moments de grâce qui accompagnent la paix du soir. « C’était une heure sans effroi, une heure à nous, où le bonheur se définissait par la présence de tous ceux qui restaient, – depuis que mon père nous avait abandonnés, depuis que mon frère Daniel s’était fait marin – par la conscience plus ou moins claire que nous étions là encore ensemble, encore pas séparés, et qu’il ne nous fallait pas autre chose pour nous faire accepter de vivre15. » La tendresse de Guilloux se manifeste également dans la galerie de portraits qu’il dresse de l’humanité douloureuse et touchante qui peuple le quartier de la rue du tonneau. Toute une série de vies minuscules apparaît ainsi au fil des pages : la Pinçon enchaînée à son atelier de savetier, Durtail le tonnelier dépressif et son trois-mâts miniature, le père Gravelotte tambour de la ville, Pompelune qui marche comme l’on danse la polka affublé d’une ridicule bimbeloterie décorative, Chopi rescapé de Biribi-les-fers, la fée famélique… Quelques gestes d’entraide viennent atténuer parfois la dureté du quotidien. Durtail réalise une baleinière qui servira de lit au petit infirme Pélo. Le grand-père garde quelques vieilles frusques pour plus pauvre que lui et le bénéficiaire du don récompense la maisonnée d’un air d’Ocarina.

  • 16 Ibid., p. 24.
  • 17 Ibid., p. 152.
  • 18 Ibid., p. 86.
  • 19 Un peu plus haut, il écrit à propos du quartier : « Nous étions prisonnier dans le nôtre, comme le (...)
  • 20 Voir notamment Henri Godard, Louis Guilloux, romancier de la condition humaine, Paris, Gallimard, 1 (...)

8La présence de l’amour des pauvres ne doit pas faire oublier la violence de l’humiliation auxquels ils sont exposés en permanence. La relégation sociale est au cœur du livre. Elle est d’abord relégation spatiale. Enclave miséreuse et insalubre, le quartier de la rue du tonneau constitue au cœur de la ville une verrue qu’il faudra faire sauter un jour. « Par là, me donnait-on à penser que mes pareils et moi nous formions sur la terre un objet de scandale, une malpropreté. N’était-il pas évident, lorsqu’« ils » parlaient de la « verrue », que c’était l’ensemble qu’ils voulaient dire, n’oubliant pas dans l’habitation, l’habitant, mêlé avec sa vermine ? Telle est la première idée abstraite qui se soit formée en moi. C’est ainsi que commença ma vie spirituelle » note le narrateur16. La relégation culturelle est également au cœur du livre. La famille reste en lisière des différentes manifestations qui animent la vie de la cité. Le narrateur vibre certes à la ferveur qui entoure la grande procession des pestiférés à la fin du mois de mai et laisse même échapper un : « Ah Jésus, roi du ciel, notre Jésus, seul ami des pauvres ! ». Le défilé des enfants des écoles chrétiennes porteurs de cierges lui rappelle toutefois la place réservée aux siens : plantés sur un bout de trottoir ils assistent à la fête « en spectateurs et pour ainsi dire en badauds17 ». Cette position marginale est clairement intériorisée. L’été lorsqu’un concert est offert par la municipalité sur les Quinconces, le grand-père ne peut le goûter qu’à la condition d’aller s’asseoir sous les arbres les plus reculés du jardin. Lorsqu’un récital de piano est donné dans l’un des cafés de la rue Saint-Yves, il se dissimule dans l’encoignure d’une porte pour écouter sans être vu. Les portes du théâtre municipal ne s’ouvrent pour le narrateur qu’après le deuxième entracte et il lui faut encore lutter pour se faire une place au poulailler. Au sein même de l’école républicaine, il ne peut oublier sa situation. Il y connaît de « grandes heures ouvertes » où il se laisse emporter par l’attrait­ des cartes de géographie, des leçons d’histoire ou des lectures faites par l’instituteur mais reste conscient de se trouver là en terre étrangère. « Je savais, d’expérience qu’à tout moment on pourrait me demander des comptes – comme dans les nations bien policées, les agents de la force publique demandent leurs papiers aux voyageurs qui ne ressemblent pas aux autres – qu’un détail de leur physionomie, ou la coupe de leur vêtement leur désigne comme n’étant pas du pays » note-t-il18. L’allusion aux logiques de l’exclusion qui triomphent alors dans l’Europe occupée n’est sans doute pas innocente et dit bien la violence ressentie19. La révolte n’est pourtant jamais ici verbalisée. Le Pain des rêves entretient de ce point de vue des liens complexes avec La Maison du peuple. Les deux volets du diptyque présentent une communauté de décor – même cadre géographique et chronologique – mais divergent dans l’orientation de la focale20. La dimension autobiographique est plus affirmée dans le premier dominé par la figure du père de Louis Guilloux et des luttes menées avec ses camarades socialistes. Dans Le Pain des rêves le père absent que ses tourments ont amené à quitter les siens semble avoir emporté avec lui toute possibilité de contestation.

  • 21 Louis Guilloux, Carnets, op. cit., p. 273.
  • 22 Cité dans Jean Guéhenno-Louis Guilloux Correspondance, op. cit., p. 29.

9Qu’en est-il dès lors de la réception du livre ? Parmi les proches de l’écrivain Paulhan le trouve « très beau ». Il loue la liberté et le naturel du conteur. Malraux perçoit le côté intemporel du récit et salue « le côté Goya » de certaines pages21. Il souligne la réussite des scènes de tendresse voilée tout en s’interrogeant sur la place du livre dans l’œuvre de Guilloux. Romain Rolland se dit sensible à la capacité de l’écrivain à rendre « l’alchimie des atmosphères ». D’autres sont plus critiques. C’est le cas de Guéhenno qui tout en jugeant le livre « plein de très belles choses » regrette son manque d’unité. « C’est une série de contes plutôt qu’un roman » écrit-il dans une lettre du 22 septembre 1941. Il semble même avoir été plus sévère lors d’une discussion au cours de laquelle il aurait accusé son ami de se comporter en montreur à l’égard de ses personnages, et même « en montreur assez cruel qui prenait plaisir au grotesque de ses bêtes22 ». La réception publique associe souvent le livre de Guilloux à celui de Marc Bernard Pareil à des enfants autre récit d’une enfance pauvre qui obtiendra le prix Goncourt 1942. Le Pain des rêves reçoit lui le prix populiste présidé par Lemonnier et Thérive, ce qui réjouit Paulhan­ satisfait de voir récompensé un auteur de l’écurie Gallimard, mais ne satisfait guère Guilloux toujours rétif à la récupération et aux étiquetages réducteurs.

  • 23 Henri Godard, Louis Guilloux, op. cit., p. 223.
  • 24 Ibid., p. 225.
  • 25 Albert Camus et Jean Grenier, Correspondance 1932-1960, Paris, Gallimard, 1981.

10Au bilan ce sont plusieurs irrégularités que Le Pain des rêves semble mettre à jour. Irrégularité contrainte d’un écrivain franc-tireur, « absent de Paris » – selon le titre qu’il donnera à l’un de ses ouvrages ultérieurs – et ne maîtrisant pas toutes les arcanes de la vie littéraire. Irrégularité choisie d’un romancier poursuivant au-delà des écoles une œuvre singulière nourrie d’un permanent jeu de bascule entre violence et tendresse. On peut sans doute aussi distinguer dans les réactions de Guilloux face à la réception de son livre, une difficulté à se mettre en règle avec lui-même. Henri Godard a formulé très justement la question centrale qui traverse l’œuvre et déchire l’auteur : comment évoquer l’amour des pauvres sans tomber dans le populisme ou la démobilisation23 ? Les remarques de Guéhenno sur le côté « montreur » de Guilloux ont sans doute ravivé le souvenir d’une critique de Schlumberger évoquant le « misérabilisme » de l’écrivain ou celui de la curiosité de Daniel Halévy demandant au jeune écrivain de lui expliquer les effets de la faim. Les publications ultérieures révèlent l’écho persistant de ce débat intérieur. En 1949 Guilloux publie ainsi Le Jeu de patience, ample roman polyphonique évoquant l’histoire d’une ville de Bretagne confrontée aux convulsions du xxe siècle. Un des protagonistes Loïc Nédelec est un romancier mort dans la misère. Il est l’auteur d’un manuscrit publié de façon posthume intitulé Le Pain des rêves. Le projet de dévoilement de Nédelec est justifié – « nous avons besoin d’écrivains qui viennent de la rue du tonneau » – mais le « goût d’amertume » que laissera à son frère la lecture du livre est également mis en avant. Plus tard encore dans Les Batailles perdues, un des personnages est l’auteur d’un récit d’enfance intitulé Né dans la fange et ses proches s’interrogent sur la légitimité de faire du domaine sacré de l’enfance pauvre un objet de séduction littéraire24. Il est pourtant une réception qui aurait sans doute conforté Guilloux : celle de Camus, encore inconnu pour lui en 1942, mais qui sur les conseils de Jean Grenier a lu Le Pain des rêves dès sa parution : « J’ai lu le très beau livre de Guilloux. Peut-être son accent m’a-t-il plus touché que d’autres. Je sais aussi ce que c’est. Et comme je comprends qu’aussi à l’âge mur un homme ne trouve pas de plus beau sujet que son enfance pauvre ! La critique en zone libérée a été stupide pour Le Pain des rêves. On dirait que ça les gêne, la pauvreté des autres. Le mieux serait de n’en pas parler ou d’en parler comme les journaux. Et pourtant25 ! ».

Haut de page

Notes

1 Romain Rolland, Journal de Vézelay 1938-1944, Paris, Bartillat, 2013, p. 243.

2 Cité par Francine Dugast-Portes « Les anamorphoses du « je » dans Le Pain des rêves et Le Jeu de patience de Louis Guilloux » dans L’Atelier de Louis Guilloux sous la direction de Madeleine Frédéric et Michèle Touret, Rennes, PUR, 2012, p. 136. Francine Dugast-Portes a eu accès à la version inédite des carnets. La version éditée ne développe pas de façon aussi explicite le propos.

3 Pour les aspects biographiques voir Yves Loisel, Louis Guilloux. Biographie, Spézet, Éditions Coop Breizh, 1998. Voir aussi la chronologie détaillée établie par Jean-Louis Panné dans Louis Guilloux D’une guerre l’autre. Romans, récits, Paris, Gallimard, Quarto, 2009. On trouvera également dans ce recueil le récit autobiographique posthume L’Herbe d’oubli.

4 Jean Guéhenno-Louis Guilloux Correspondance (1927-1967). Les paradoxes d’une amitié, édition établie et annotée par Pierre-Yves Kerloc’h, présentation Pierre-Yves Kerloc’h et Alain-Gabriel Monot, Rennes, La Part Commune, 2011, p. 350 et suivantes.

5 Voir Michel Ragon, Histoire de la littérature prolétarienne de langue française, Paris, Albin Michel, 1986.

6 Cité dans Louis Guilloux D’une guerre l’autre, op. cit, p. 53.

7 Yves Loisel, Louis Guilloux, op. cit., p. 159.

8 Louis Guilloux, Carnets 1921-1944, Paris, Gallimard, 1978, p. 268.

9 Gaston Gallimard considérait que le premier titre semblait annoncer un essai ou un poème en prose et qu’il n’était pas en tout cas un « titre de prix Goncourt ». Correspondance Jean Paulhan-Louis Guilloux 1929-1962, édition établie, préfacée et annotée par Pierre-Yves Kerloc’h, Brest, Université de Bretagne occidentale, p. 128 à 148 pour l’édition du Pain des rêves. Voir aussi pour le pendant avec Guéhenno la Correspondance (1927-1967), op. cit., p. 524-532

10 Voir la Correspondance Jean Paulhan-Louis Guilloux 1929-1962, op. cit. Paulhan engagé dès la fin de 1940 aux côtés de la résistance compte plusieurs amis, dont Marcel Arland, dans l’équipe de Comœdia. Guéhenno, consulté lui aussi, s’était dit dans l’impossibilité de donner son avis par écrit sur la revue ce qui indiquait de façon explicite ses réticences. À côté de textes de bonne tenue littéraire, l’hebdomadaire de René Delange publiait en effet des articles ouvertement favorables à la collaboration, notamment dans sa page « Connaissance de l’Europe ».

11 Christian Bougeard, « Le parcours et les engagements de Louis Guilloux dans les enjeux de son temps (1930-1950) », dans Louis Guilloux écrivain, sous la direction de Francine Dugas-Portes et de Marc Gontard, Rennes, PUR, 2000.

12 Son prénom n’est pas connu, le nom de famille Lhotellier n’apparaît que de façon fortuite lorsque le facteur vient apporter une lettre au grand-père.

13 Claire Bustaret, « La matière graphique des manuscrits de Louis Guilloux », dans L’atelier, op. cit., p. 25 et suivantes.

14 Louis Guilloux, Le Pain des rêves, Paris, Gallimard, 1942 ; pour les présentes références : Folio, 2008, p. 53.

15 Ibid., p. 33.

16 Ibid., p. 24.

17 Ibid., p. 152.

18 Ibid., p. 86.

19 Un peu plus haut, il écrit à propos du quartier : « Nous étions prisonnier dans le nôtre, comme le juif dans son ghetto. » Ibid., p. 20.

20 Voir notamment Henri Godard, Louis Guilloux, romancier de la condition humaine, Paris, Gallimard, 1999, p. 204 et suivantes.

21 Louis Guilloux, Carnets, op. cit., p. 273.

22 Cité dans Jean Guéhenno-Louis Guilloux Correspondance, op. cit., p. 29.

23 Henri Godard, Louis Guilloux, op. cit., p. 223.

24 Ibid., p. 225.

25 Albert Camus et Jean Grenier, Correspondance 1932-1960, Paris, Gallimard, 1981.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Cantier, « Un irrégulier sous l’Occupation », Littératures, 70 | 2014, 31-40.

Référence électronique

Jacques Cantier, « Un irrégulier sous l’Occupation », Littératures [En ligne], 70 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://litteratures.revues.org/279 ; DOI : 10.4000/litteratures.279

Haut de page

Auteur

Jacques Cantier

Né en 1967 à Perpignan, est maître de conférences en histoire contemporaine. Il enseigne à l’Université du Mirail et à l’IEP de Toulouse. Il a consacré sa thèse à L’Algérie sous le régime de Vichy (Odile Jacob, 2001) et dirigé avec l’historien canadien Éric Jennings un ouvrage collectif sur L’empire colonial sous Vichy (Odile Jacob, 2005). S’intéressant également à l’histoire des intellectuels, il a publié une biographie de Jules Roy (Privat, 2001) et une biographie de Pierre Drieu la Rochelle (Perrin, 2011). Ses recherches actuelles portent sur l’histoire de la lecture sous la Troisième République et sous l’Occupation. Il a publié un manuel de synthèse Histoire culturelle de la France au xxe siècle (Ellipses, 2011).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Littératures est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • Revues.org